• En mai...

    Fais ce que tu peux. Bon, si ça peut plaire aussi, on prend, l'un n'excluant pas l'autre.Le 1er mai, et vous n'y couperez pas,c'est surtout ça.

    En mai...

    Just on (in?) time. Fraîcheur bienvenue qui a ralenti un peu l'arrivée des clochettes.D'ordinaire, le 1er mai se situe plutôt à mi-avril. J'admets que ça fait désordre. Mais ici, mai c'est aussi ça. Et ça, vous avez dans vos contrées ?  

    En mai... En mai...

    Le "Mai", un pin tricolore, est installé sur la place du village pour célébrer les Mayés de l'année 2016. Leur programme tient en un slogan dont je vous laisse juge :   " L'apéro recrute...Engagez-vous !" Et hop, qu'on se le dise. La classe biberonne, quoi. A votre santé mais sachez consommer avec modération selon la formule consacrée.

    En mai... En mai...

    En direct du bassin. Etape une: sortir par le dos d'un costume un peu juste aux entournures. C'est sportif, oui madame ! Etape deux: euh... bin, attendre que ça veuille bien sécher et durcir. Etape trois: y'a pas d'image pour cause de départ. 

    En mai...

    En mai...

    Beau mais pas chaud. Les érables ne nous font jamais faux bond même dans le flou d'un vent pas vraiment modéré. Pas une habitude ici où la brise est souvent bien plus accommodante.

    En mai...

    Work in progress. Le mixed border en préparation. Une première pour nous. 16 mètres de long par 3 de large. La première année sera celle des observations pour voir qui résiste à quoi, qui prend ses aises ou stagne, qui disparaît et doit être remplacé plus hauteurs et étalement des floraisons bien calibrés ou non. Bref, pas de résultat miraculeux attendu cette année donc no stress. Il reste pas mal de trucs à planter mais la terre est basse et le jardinier pas souple... du tout ! Je vous laisse le soin de choisir le proverbe adapté à ce constat lamentable. Ah oui, dernière chose. Ce sera blanc. Oui, complètement enfin sauf ce qui sera vert, c'est à dire presque tout.  

    En mai... En mai...

    Contes pour enfants: Erigeron et le miroir magique et Spotty Dotty, le parasol qui fleurit. 

    En mai...

    En mai...  En mai...

     

    Peints en clair, les érables ressortent bien sur les fonds sombres. Ukigumo est le petit nom de celui que nous avons bombé en rose layette délavé et vert très pâle. Le vert, plus sombre, devrait arriver d'ici un petit mois. Une aubépine, native d'Europe centrale, inerme et qui plus est, pas avare en fleurs. Fruits noirs à suivre. Comestibles, il me semble. Je testerai et si ce blog s'arrête, c'est que je m'étais trompé. CQFD. Facile, non ? 

    En mai...

     

    Aujourd'hui, vous ne couperez pas à l’excès de chlorophylle. Cornus en approche florale. Le mois du blanc, c'est longtemps avant que ça se prépare chez les cornus et c'est pas en janvier que ça se déroule.

    Portez-vous bien et...    METTEZ - VOUS AU VERT.   


    10 commentaires
  • Un jardin tout propre

    Profitez-en parce que ça ne va pas durer. j'ose croire que si mais l'expérience a maintes fois prouvé le contraire donc nous ne boudons pas notre plaisir. En même temps, ce nettoyage minutieux m'interpelle un peu, l'impression de faire le ménage à l'extérieur. A quand l'époussetage des feuilles au plumeau et le passage des troncs à l'encaustique sans oublier le lessivage quotidien des terrasses ? Bref, si les vacances nous ont offert du temps pour faire du propre, le côté nature domestiquée, même pour un court laps de temps, a quelque chose d'un peu... inaccoutumé.

     

    Le vert est aux arbres, ça c'est bien. En fait, à bien y regarder, il y a presque autant de verts différents au printemps que de dorés ou de rouilles en automne. Cette remarque n'engage que moi bien entendu.

    Vous préférez, avec ou sans la lumière ? Pour l'interrupteur, je n'ai pas encore trouvé la boîte où on met les sous et ça s'allume donc quand ça veut. 

      

    Ce massif coloré est bien utile en début de saison parce que c'est le seul qui offre quelques variations de couleurs à une période où les fleurs n'ont pas encore pris le relais. Le Tilia Kiusiana arqué, sur l'image de droite, poursuit avec régularité sa mise en feuilles. C'est bien le seul moment où il fait un truc assez rapide ! Donné pour une pousse lente chez certains pépiniéristes optimistes, celle-ci est très lente voire proche du surplace glissé en réalité.

     

    Le première fois où ce Nandina a produit de nouvelles pousses, nous avons cru, jardiniers naïfs que nous sommes, qu'il était malade ou bien qu'un gel tardif lui avait brûlé le bout des ailes. Et ben non, c'est... normal. Du coup, on respire mieux. Si,si, je vous assure. 

    Je m'aperçois qu'il ne me reste que des photos en direction du bassin alors si ça ne vous dérange pas, on y va.

      Je sais, ce truc flou, ça gêne un peu. Comme une mèche qui tombe sur l’œil sans arrêt. Du coup, trois solutions: le balancé de tête pour l'envoyer plus haut ( J'ai essayé et c'est un échec massif. Bon... ), la coupe pure et simple de l'intrus ( Ah ben non alors ! )ou bien on s'accommode de cette Wisteria brachybotrys "Shiro-Kapitan" ( On va faire ça, oui, parce qu'avec un nom pareil, si ça se trouve en plus, elle a des relations haut placées. )

       

    Les Sarracenia ont sorti leurs candélabres. Ça tempère un peu le côté guerrier des feuilles d'iris ( Je ne connais pas la marque ni même la couleur d'ailleurs. Ça va être la surprise bientôt.) et celui, très rigide, des Equisetum ramosissimum. Un Canna se lance bravement à la conquête des airs. Il fait le malin, croyant tutoyer les nuages. Le retour sur terre risque d'être assez frustrant. 

     

    Le Cornus vient d'arriver au bord du bassin pour apporter un peu de hauteur et alléger les masses de l'arrière, Photinia de la haie et, sur la droite, le rosier Paul Transon qui ne se sent plus pousser.

    Profitez bien de votre week end et passez  UNE TRÈS BELLE SEMAINE. 

                                                     


    22 commentaires
  • Retour de Saint-Jean

    Température au sol 12°C, vent modéré, pluie insistante avec éclaircies en matinée. Voilà résumées les conditions climatiques de cette réunion jardinatoire. Malgré cela, grosse affluence tant au niveau des visiteurs que des exposants. L'occasion aussi et surtout de revoir les Seedlovers entourant, pour la traditionnelle image en couleurs, leur meneuse de revue préférée, Isabelle, tee shirt rose et bottes à motifs. Revue très habillée, vous l'aurez remarqué, le temps ne se prêtant pas aux tenues à plumes.

                Retour de Saint Jean 

    Merci à Béatrice pour la photo parce qu'évidemment, je n'avais pas pris mon appareil. Comme à l'accoutumée, nous n'avons pas eu le temps de discuter avec toutes les personnes du groupe et certaines ont un nom et un visage mais toujours pas de voix. Ce sera pour une prochaine fois et un autre moment de belles rencontres.

    Et les plantes, me direz-vous ? Parce qu'en fait, nous étions aussi un peu venus pour elles. Entre pré-commandes à récupérer et craquages lamentables, nous sommes repartis la musette pleine et la bourse plate. Vous avez dit addiction ? C'est ma foi bien possible. Cure de désintoxication en milieu bétonné à prévoir.                     Dans les stations thermales, ça je sais, on prend les eaux, on fait trempette dans la boue et on se fait coller au mur par une lance à incendie mais dans les stations bétonnales, en quoi consiste la cure ? 

    Retour de Saint Jean

     

    Tout ne vient pas de Saint-Jean mais pas mal de choses quand même... No comment, please. Je ne vais pas vous faire une liste exhaustive de nos achats mais les pépiniéristes chez qui nous avons trouvé notre bonheur méritent un petit coucou. Vous retrouverez sûrement les plantes au hasard de nos futures images.

    Tout d'abord, Maurice Laurent parce que c'est Momo et puis c'est tout. Le rencontrer c'est l'adopter, je ne peux pas dire mieux. Les pépinières Delabroye ( une qualité toujours irréprochable) , La Roche Saint-Louis ( très gentilles et un peu débordées par l'affluence )Hostafolie ( le paradis pour baveux en manque ), les jardins d'Arhada  ( des plantes généreuses et une pépiniériste pleine de bons conseils ), le Monde des fougères ( pour leurs superbes bégonias ) et quelques autres où nous avons picoré cette fois-ci sans oublier notre représentant régional Pépinière Côte Sud Des Landes chez qui nous faisons beaucoup de nos emplettes habituellement.

     

    Ceci n'est pas un encart publicitaire (parce qu'il ne nous rapporte pas l'ombre d'un penny, dommage ça pourrait servir à acheter... des plantes! ) mais j'admets son côté un peu commerçant.

     

    Et le jardin, pendant ce temps-là, en a profité pour pousser. Pluie plus soleil même sur courant alternatif, c'est la recette infaillible. 

    Retour de Saint Jean  Retour de Saint Jean

    Sur la butte, l'angélique, les cardons et la sauge    Ciste, éphémère et lumineuse.   officinale dans un joyeux désordre.                   Merci, Nadine et François.

    Retour de Saint Jean  Retour de Saint Jean

    Comme dans le potager de Saint-Jean,        La soupe mise à refroidir et non, nous   l'herbe n'est pas tondue. Trop mouillée.    n'avons pas bu le contenu de ces jarres en                                             une soirée. 

    Retour de Saint Jean  Retour de Saint Jean

     Retour de Saint Jean

     

    Mister Cornus performing the Spring Flower Show. Hats off ! 

    Retour de Saint Jean  Retour de Saint Jean

    Pourquoi faire compliqué ?                  Première floraison pour ce jeune arbre.   Plantain rescapé d'une tonte reportée.      Ben oui, mais quelle marque, l'arbre ?                                                 Indice, ce n'est pas une Renault, ni un                                               moteur diesel.

     Retour de Saint Jean

     

     Actinidia, lumière vespérale et... Photoshop.  

               Retour de Saint Jean

     

    Et pour finir, retour dans le potager du départ avec Lydie du Cagouille's Garden, votre serviteur en Irlandais d'opérette, Charlotte du Jardin du chat vert ( le meilleur cake à la rose ( de Provins )que j'ai jamais mangé ), Laurence Tout simplement, Marielle qui avait sorti pour l'occasion son parapluie tempête( Une landaise responsable ne s'aventure jamais au nord de la Loire sans équipement lourd.) et Sylvaine du Jardin du Vieux Clos, juste derrière l'objectif. Merci à elle pour cette image. 

    BON WEEK END A TOUS ! 


    12 commentaires
  • Fallait-il tondre ? 

    Ce fut la question du weekend qui eut bien entendu ses partisans et... ses détracteurs. Je note ces termes au pluriel mais en fait, j'étais tout seul à m'en soucier. Bon...

    OUI ( une voix ) parce que l'herbe, encouragée par une météo adéquate, avait décidé malgré un premier passage de l'expert en tonte ( Vous noterez au passage le nombre d'experts auto-proclamés dont les medias font leurs délices. C'est donc dans le cadre de cette imposture supposée ou réelle que j'ai décidé en plein accord avec moi-même de me bombarder expert en tonte. Après tout, ça ne mange pas de pain et je ne suis pas moins inculte qu'un autre dans ce domaine.) , de pousser ( Pour rappel, il s'agit de l'herbe. Oui, je sais, on s'y perd. d'ailleurs, moi-même...) en mode "marée montante dans la baie du Mont-Saint-Michel".

    NON ( une voix aussi car je sais modifier ma voix. Ben oui! ) parce que ça avait décidé de camper dans la dite herbe , s'installant au gré de sa fantaisie et ce, sans en référer en aucune manière aux jardiniers du lieu qui se trouvèrent, de facto, confronté à un dilemme des plus contrariants. TO MOW OR NOT TO MOW, THAT IS THE QUESTION.

    Avec la convocation de Willy S. à la barre en tant que témoin même pas assisté, je m'aperçus que la question prenait un tour des plus délicats et je décidai sagement de renoncer à me creuser les méninges en remettant à plus tard ce travail que je n'avais manifestement pas envie d'entreprendre. Hum,... Tout ça pour ça ?

    Fallait-il tondre ?

    Ça au mieux de sa forme. C'est cute, non ? Oui et je me suis aperçu en potassant le sujet que j'aurais fait beaucoup mieux si j'avais, moi aussi, pu disposer de la reine des tondeuses, à savoir le modèle ci-après exposé.                              

    C'est tout de même autre chose, non ? Quelle inventivité ces Belges tout de même !  

    Fallait-il tondre ?  from Internet

    Continuons à filer la métaphore littéraire ( Glups! terrain miné ! ) pour nous intéresser aux réalisations jardinesques en préparation ou en cours de réalisation.   A l'ouest, donc, quoi de nouveau ?

    Fallait-il tondre ?

    Sous un soleil franc et massif, nous continuons à grignoter les larges portions encore pourvues de leur seule herbe à vaches afin de constituer la structure de nos "chambres" circulaires ou elliptiques comme celle marquée par la bande de terre se terminant sous le pêcher en fleurs. Y ont élu domicile des graminées ( encore belges. Décidément, ça devient contagieux! )auxquelles nous adjoindrons quelques productions du SOL (quelquefois belges, je vous l'accorde )encore en gestation à l'heure où je vous parle.

    Fallait-il tondre ?  Fallait-il tondre ?

    A gauche, un des massifs qui commence à se réveiller un peu pour produire une tache colorée un peu conséquente au jardin alors que les autres achèvent leur toilettage sous la main experte de la jardinière en chef. Le salon de jardin est sensé attirer le beau temps.

    Pour l'instant, sa réputation semble un peu surfaite mais gageons, pour paraphraser certains de nos grands élus, que le temps saura apporter la preuve du bien-fondé d'une telle installation sur le territoire qu'il nous échoit, mes collaborateurs et moi-même, d'administrer et auquel nous saurons insuffler une énergie positive propre à mobiliser les forces vives qui le composent. La suite du discours pourra être avantageusement consultée dans l'un des albums de Spirou ( Mazette, quelle référence ! Oui, je sais c'est... encore belge. ) où le maire de Champignac en Cambrousse commet l'un de ses inénarrables discours fleuve dont la longueur n'a d'égale que l'insondable manque d’intérêt pour ses concitoyens.

    Fallait-il tondre ?  Fallait-il tondre ?  

    Pas d'orchidées pour Miss Blandish, juste une pivoine, arbustive quand même, et des tulipes, tant qu'il y en aura.

    Fallait-il tondre ?  Fallait-il tondre ?

    Tulipe en mal de sèche-cheveux et un Epimedium dont la devise pourrait être:       "Pour vivre heureux, vivons caché."

    Fallait-il tondre ?  

                                Soleil au ras des pâquerettes 

                Fallait-il tondre ?

     

               Sauge d'un jour de printemps tirée du "Songe d'une nuit d'été"                           Cadeau du SOL 2015 d'Alain Andrieux,grand merci à lui.

     

    Et pour clore cet article, je vais chanter. Ah non ? Bon, comme vous voulez.

    PORTEZ-VOUS BIEN !    

     


    10 commentaires
  • Couleurs de Pâques

    Y'a pas à dire, avec le soleil, c'est tout de même autre chose ! Alors que le printemps cherche encore quelque peu ses marques, ce weekend bénéficie d'un temps clément dont nous avions fini par penser qu'il était repoussé aux calendes grecques. 

    L'occasion de célébrer la chose par quelques images en couleur.

    Couleurs de Pâques

    A tout seigneur, tout honneur. A Pâques, les cloches annoncent l’événement. Elles ont voyagé sous la pluie et sont bien humides mais une fois ébrouées, il n'y paraîtra plus.

    Couleurs de Pâques  Couleurs de Pâques

    Un Acer impatient qui commence, allez savoir pourquoi, par arborer des couleurs automnales. Si ça peut lui faire plaisir ... Cloches et puis clochettes. Clocheton n'était malheureusement pas disponible. L'an prochain peut-être.

    Couleurs de Pâques  Couleurs de Pâques

    Podophyllum, le champignon à feuille, tout en rondeur bonhomme. J'ai failli rater le début de la floraison des Epimedium. Faut dire que des fleurs orangées sur un couvert feuilles de chêne, c'est pas violent comme contraste. Et puis, chaque année, malgré les vitamines, les fleurs restent ridiculement petites. Comment ça, c'est normal ?

    Couleurs de Pâques  Couleurs de Pâques

    L'azalée, une boule de bonbons plutôt rase-motte ou le pêcher, plutôt un peu plus haut avec de toutes petites fleurs sur le modèle pêches de vigne. Le point commun aux deux compères ? Je sais pas, des branches ?

    Couleurs de Pâques  Couleurs de Pâques

    Premières feuilles aux arbres et des clochettes en deuxième passage offertes par la maison qui est prête à tout pour vous faire passer un bon moment.

     Couleurs de Pâques

    Les nigelles font ce qu'elles peuvent pour rattraper les tulipes mais il semble bien que, cette fois encore, l'improbable rendez-vous n'aura pas lieu. A la place, le ciel apporte le bleu désiré. Finalement, il ne s'en sort pas trop mal. 

     

    Portez-vous bien et puis, je vous souhaite une fin de weekend très CHOCOLAT! 

     


    10 commentaires
  • Sans paroles

    Sans paroles

     

                                                                  Pour nos amis belges


    4 commentaires
  • Le principe de la douche froide

    Là où l'on penserait que oui... Mais non parce que...      

    Une heure avec et trois heures sans. Sans quoi ? Sans soleil, sans pouvoir mettre le nez dehors à moins d'aimer les douches glacées. L'ouest nous abreuve de vagues incessantes de grains, musclés parfois de grêle ou de coups de tonnerre. Bref, les bien nommées giboulées de mars. C'est de saison donc à quoi bon râler après un phénomène somme toute normal à pareille époque.

       

    Yoyo

     

    Alors le matin, ça donne ça. Pas engageant.Une pauvre azalée fait ce qu'elle peut pour mettre un brin de couleur dans le terne ambiant mais le cœur n'y est pas trop. Et puis, derrière, pas grand monde pour suivre.

     

    Yoyo Yoyo

    Ciel glauque, rivière en mode retour de congés aux abords de la capitale, bassin passé au charbon, on patauge, on patauge.

     

     Yoyo

    Les feuillages colorés peinent à allumer le décor. Sombre perspective en ce samedi de pluie. Que d'eau, que d'eau.

    La plupart du temps, nos blogs regorgent d'images ensoleillées, lumineuses, positives. On comprend pourquoi ! Faut dire que photographier la pluie relève un peu de la gageure. En tout cas, si le cas de figure revient trop fréquemment, il va falloir penser le jardin en fonction de ces données de lumière différentes.

     

     Yoyo

    Alors ce matin, quand on s'est levé avec ce printemps timide, on y a cru.

     

     Yoyo

    Fiat lux !( Non, il ne s'agit pas d'une voiture italienne super équipée.) Le bleu a triomphé. Ce matin, le jardin s'égoutte et cet après-midi, on se roule dans l'herbe.

     

    Yoyo Yoyo

    Fini le bassin de suie, place au miroir aux alouettes. Oui, peut-être mais c'est trop beau.

     

     

     Yoyo 

    En se penchant, on a l'impression de tomber dans le ciel. Sensation étrange.J'ai même failli basculer dans l'eau pris par la photo qui m'avait ôté tous mes repères.

     

    Le principe de la douche froide Le principe de la douche froide

    De la couleur et même les discrètes apportent leur pierre à l'édifice. Tout ça est bien réjouissant, on marche en dehors des clous, on saute dans les dernières flaques. La vie est belle, les oiseaux chantent.

     

     Le principe de la douche froide 

    On se sèche à la lumière blanche et tant pis si l'on est un peu surexposé.

     

     Le principe de la douche froide 

     Le principe de la douche froide

    Les petites dernières présentent avec fierté leur livrée de la semaine. Jeunes, insouciantes mais aussi ... un peu naïves.

     

     Le principe de la douche froide

    Ben oui, c'était trop beau pour durer. Cruel retour sur terre.

    En tout cas, que cela ne vous empêche pas de passer quand même...

    UNE TRÈS BONNE SEMAINE ( avec ou sans douche )! 

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique