• Accueil

     

    Rêver un jardin... Oui, c'était bien ça. Un rêve.

    Et puis, la réalité s'est substituée au rêve et le jardin s'est matérialisé. Là, pour de vrai. Bon, comment dire ? Il a bien fallu se rendre à l'évidence. C'était beaucoup plus facile en photo dans les magazines mais quand même, l'envie était là et elle continue, saison après saison, à être le moteur qui nous fait avancer, rêver ( encore ! ), chercher, nous égarer, nous émerveiller ( très souvent ) comme des enfants devant la vitrine du magasin de jouets.

    Bref, prendre énormément de plaisir. Alors, parce que nous tâtonnons encore pas mal,  vivre avec un jardin est une formidable leçon d’humilité. Le temps du jardin est une parenthèse qui s'impose à nous sans contrainte et dans un éternel recommencement. Toujours le même, toujours différent.  

     

     

    Accueil

     

     

     

  • Venise : En vert et contre tout

    Je ne vais pas vous raconter mes vacances. Oui, elles se sont merveilleusement bien passées mais ça n'a pas vraiment d'intérêt dans le cadre d'un blog jardin. Non, j'ai plutôt essayé de recenser les substituts ( Non, non ! Pas de produits interdits ni autres dérivatifs prohibés. Que du naturel ou presque. ) propres à combler les Greenaholics de tout poil.

     

     

    Venise : En vert et contre tout

     

    Parce que Venise, avant tout dans l'imaginaire collectif, ça doit ressembler à ça. Bon, pas de souci, ça se trouve et même en quantité largement suffisante. Mais le vert, dans tout ça, il est où ? me direz-vous.

    Je me suis renseigné. Alors en rayon, on a ça :

     

    Venise : En vert et contre tout

     

     

    Venise : En vert et contre tout

     

     

    Venise : En vert et contre tout

    Jardins cachés de la Venise des Vénitiens. Ceux qu'on ne visite pas. 

     

    Venise : En vert et contre tout

     Perdez-vous dans Venise. Il en existe de moins secrets et vous les rencontrerez quand vous ne les attendrez plus. 

     

    Venise : En vert et contre tout

     

     

      Venise : En vert et contre tout   Venise : En vert et contre tout

     

    Venise : En vert et contre tout

         Le vert public concédé aux touristes et à la population par la Sérénissime.     On rêve devant un alignement d'acacias (?), un moutonnement végétal vers San Giorgio Maggiore, une margelle de puits ou deux grands arbres pour ombrer une place tranquille du Sestiere de Cannaregio. 

     

    Venise : En vert et contre tout

    Dédicace spéciale pour Isabelle et Bruno à l'occasion de la sortie du nouvel opus d'Isabelle. C'est par .

     

      Venise : En vert et contre tout Venise : En vert et contre tout Venise : En vert et contre tout

    Venise : En vert et contre tout

    Vous pouvez aussi essayer les musées mais forcément, on est dans l'interprétation. 

     

    Venise : En vert et contre tout

    Un patio de verdure à la Collezione Peggy Guggenheim 

     

    Venise : En vert et contre tout

     

    Venise : En vert et contre tout

     

    Venise : En vert et contre tout

    L'achat "d'artisanat" local pourrait être un dérivatif acceptable mais il semblerait que l'aspect financier de ce genre de transaction soit suffisamment dissuasif pour que l'on passe son chemin en quête d'autres joyaux plus accessibles.

     

    Venise : En vert et contre tout

    Besoin de changer l'air ? Faites un saut à Burano pour reprendre des couleurs. Un petit air de Jardin Majorelle.

     

    Venise : En vert et contre tout

    Quand une injection massive de vert s'impose, préférez Torcello. Il y a quand même une très belle église sur l'île. Ben oui, c'est quand même Venise. On peut aussi y déjeuner dans un cadre champêtre loin de l'agitation vénitienne. 

     

    Venise : En vert et contre tout

    En dernier ressort, on a aussi ça. Un peu kitsch, non ? Mais quand on aime, ...

     

    Venise : En vert et contre tout

    Et puis, même si vous n'avez pas votre compte de vert, dites-vous que vous êtes à Venise, un des seuls endroits au monde où l'on fait des photos de mode à 6 heures du matin pendant que les Vénitiens profitent encore du calme matinal pour faire leur jogging avant qu'un flot ininterrompu de touristes ne déferle sur la Piazza San Marco jusqu'au soir. 

     

    Alors, et pour finir, je vous souhaite à toutes et à tous de faire...

    DE TRÈS BEAUX VOYAGES.

     

     

       

     

        


    votre commentaire
  • Pâques au bassin

     

     

    Pâques au bassin

     

     

     

    Pâques au bassin

     

     

    Pâques au bassin

     

    Pâques au bassin

    Pâques au bassin  

     

    Pâques au bassin

     

    Pâques au bassin

     

    Pâques au bassin

     

     

    Joyeuses Pâques !

     

                          Même pas trouvé les œufs dans le bassin. Bien cachés qu"ils étaient les bougres ! 

     

     


    6 commentaires
  • Sortie de tunnel

    Une fois encore, la lumière a fini par triompher des forces obscures qui maintenaient nos contrées éprouvées dans les limbes froids d'une saison triste dont la morosité mettait à rude épreuve la capacité à nous projeter vers d'heureuses destinées baignées par un azur aujourd'hui ressuscité. Ouf ! 

    Bref, et pour faire simple, une victoire et une preuve de plus, s'il en était encore  besoin, de l'incommensurable supériorité de l'esprit sur la matière. Oui, on peut aussi dire que c'est le printemps mais, côté lyrisme, vous voudrez bien admettre avec moi que ça manque un peu de tenue. On fait dans le pusillanime, dans le discret voire même dans le timide. Mais si, mais si ! Dans le timide.

     

    TOUTENFOTO 6

    Ça, c'était avant...

    Avant ça ! 

     

    TOUTENFOTO 6 TOUTENFOTO 6

     Les éclaireuses, bravant les derniers frimas et l'adversité avec un bel engagement

     

    TOUTENFOTO 6 TOUTENFOTO 6

    TOUTENFOTO 6

    D'accord, les débuts sont encore modestes mais on avance.

     

    TOUTENFOTO 6 TOUTENFOTO 6

    TOUTENFOTO 6

          Les maisons fument encore mais on est passé à la couleur. Indubitablement.       La fumée ? Avec le magret de canard, ça fait toujours un peu ça.

     

    TOUTENFOTO 6  TOUTENFOTO 6

    Magnolia, bouche en coin ou oeil mauvais         Akebia, grimpante sans souci

     

    TOUTENFOTO 6

    Et c'est reparti pour les parties de tondeuse. la première d'une longue, longue, longue,..., longue série. 

     

    TOUTENFOTO 6 TOUTENFOTO 6

    Paeonia suffruticosa                       Malus:  non, rien à voir avec votre                                                            assurance auto 

     

    TOUTENFOTO 6

    Si en plus il y a des cerises, ce sera une année faste.

     

    TOUTENFOTO 6

         Après ça, allez donc expliquer à des enfants que l'arbre à zizis n'existe pas.     Bon courage ! Ah oui, son petit nom, c'est Edgeworthia si vous voulez vous éviter  quelques explications un peu alambiquées.

     

    TOUTENFOTO 6

     

              Les clochettes ou Jacinthes des bois ou Hyacinthoides non-scripta           mais là, on perd pas mal en poésie. A vous de voir.

     

    TOUTENFOTO 6

    Réveil général. 

     

    Alors, puisque le réveil est général, vous aussi, 

    PROFITEZ-EN BIEN !

     

         


    11 commentaires
  • Dedication

    To London...

       If I could choose a single gift
    to give to all mankind
    I’d walk calmly to the backyard garden
    where against the fence I’d find
    a single flower, that grew
    and bloomed in the spring
    to wave in gentle breezes
    and through it’s silence sing
    the praises of the pure virtue, Love
    and assure all men that there is good.

                             Mary Havran

    Dedication

     

     


    3 commentaires
  • Life on Mars ?

    Well, if I may... "Life in March" and, in the garden, would be a more appropriate title.

     

    Oui, c'est vrai alors ... on va dire : La vie en mars ? " 

    Pourtant j'aimais bien, moi, l'autre (titre) mais faut croire que c'était pas assez parlant. Oui, peut-être...

    Toujours est-il que Mars ou March ( appelez-le comme vous voudrez ), eh ben, ça commence comme ça, ici.  

      

    1

    Aux arbres les feuilles font encore défaut et les couleurs sont toujours un peu ternes et pourtant... Pourtant, ça frémit, ça bourgeonne, ça s'agite,... Bref, y'a du monde qui se bouscule au portillon pour pointer un bout de vert, le plus minimaliste fut-il.

    - Mais non, pas futile.

    - Vert ? Comme les M....... ?

    - Pfff !   

     

    1

    Avec les primevères, on ne sait jamais à l'avance quelle sera la couleur à la mode. Il semble que, cette année, le pastel soit à l'honneur. A moins que la pluie...  

     

    1  1

    1

                 D'autres valeurs sûres de saison. La tendance pastel parait se confirmer.

     

    1

          Un Mahonia créatif. Pas vraiment décidé à suivre la tendance Printemps 2017. 

     

    1

      Dernier tour de piste pour les grues cendrées avant le grand voyage vers le Norrrd.

     

    1 

    1

                        Pour ceux qui fantasment sur le Sud et ses cieux toujours bleus.

             Z'avez beau dire, y'a pas seulement que d'la pomme. Y'a aut' chose.                                                                 in " Les tontons flingueurs " 

      

    1

    1

                         Bousculade. Je vous l'avais bien dit. 

     

    1

    1

    Open bar ! Y'en a des qui réussissent même à se chamailler. Pousse-toi d'là que j'm'y mette ! Vous remarquerez que la bestiole est on ne peut plus vorace.

    - Vous avez déjà essayé de manger un truc plus gros que vous ?

    - Oui. Une vache.

    - En entier, Babau ! ( à prononcer à peu près comme ça: Babaou )  

     

    1

    1

    Sous la pluie, Euphorbia Characias, laquelle je ne sais pas et Symphytum sûrement Grandiflorum 'Wisley Blue'.

     

    1

    Bon d'accord, du soleil il y en a aussi mais n'allez pas le répéter. Promis ?

     

    Alors à défaut de vous montrer des petits hommes verts fraîchement débarqués dans le jardin, je vous laisse avec David B. qui s'y connait mieux que moi à propos de la

    LIFE ON MARS 

     

    Life on Mars ?

    From internet

      

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Jardin de Marie-Ange

    Croisette, contrairement à ce que son patronyme pourrait laisser penser, ne se trouve pas sur le bord de la Méditerranée. Non, c'est plutôt du côté de la région du Ternois qu'il vous faudra chercher ce village, soit dans le département du Pas-de-Calais. Ben oui, ça change un peu les données. Croisette donc où réside Marie-Ange, propriétaire d'un jardin où le plaisir de la déambulation s'ajoute à celui des découvertes botaniques nombreuses et variées. Un grand jardin d'un hectare aux ambiances multiples, traitées partout avec le même souci du détail.  Un travail à plein temps qui demande sûrement pas mal d'abnégation.              

    Quand on aime, on ne compte pas...  Oui, c'est d'accord mais un grand coup de chapeau quand même à la jardinière en chef qui nous offre de parcourir l"écrin par elle imaginé dans les conditions les plus agréables.

    Il ne faisait pas bien beau le jour où nous avons visité le jardin et vous devrez donc l'imaginer magnifié encore un peu plus par le soleil. Ceci étant dit, un beau jardin se doit de l'être quel que soit les conditions d'éclairage sous lequel on le visite et celui de Marie-Ange ne souffrit guère, ce jour-là, de devoir composer avec un soleil un peu palôt. 

     

    Jardin de Marie-Ange

    10 000m2, ça laisse le loisir de s"essayer à la prairie de graminées. Un peu de vent ce jour-là pour faire onduler les épis clairs mettant ainsi en relief l'arrière-plan où se distinguent les Hydrangea. 

     

    Jardin de Marie-Ange

      L'opulence tranquille des Hydrangea dans le sous-bois, à l'avant de la maison.

     

    Jardin de Marie-Ange

    Les spécialistes auront reconnu ce rosier prolifique. Pas moi bien sûr ! De toute façon, j'étais surtout attiré par cette branche joliment chantournée à laquelle le                 rosier apporte avec élégance une note de légèreté immaculée.              ( Fichtre ! Comme tout cela est élégamment tourné. )

     

    Jardin de Marie-Ange

    Je peux vous assurer que je suis resté sur le chemin mais ça foisonne de partout. Une belle opulence et des jeux de feuillages tous plus inattendus les uns que les autres.

     

    Jardin de Marie-Ange

     On n'est pas obligé de tout commenter. On peut aussi se contenter d'admirer.     C'est bien aussi, non ?

     

    Jardin de Marie-Ange

    En continuant vers le sous-bois. Des accords de couleurs toujours aussi plaisants à l’œil et des masses toujours bien lisibles malgré l'opulence. 

     

    Jardin de Marie-Ange

    Comment ça, je me suis retourné ? Ben oui mais comment faire autrement... Et je crois bien, en plus, que j'y aurais passé un bon moment à tout inventorier dans le détail.

     

    Jardin de Marie-Ange

        En passant dans le bois, l'étang se laisse deviner dans une fenêtre placée là        à dessein. 

     

    Jardin de Marie-Ange

    Le sous-bois où les découvertes végétales continuent à rythmer avec gourmandise notre visite.

     

    Jardin de Marie-Ange

    Une clairière paisible pour annoncer un autre espace, plus récent, tout en perspective. Cette image me ramène invariablement, dès que je la vois, en Angleterre. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien, mais c'est comme ça. 

     

    Jardin de Marie-Ange

    Une entrée de verger trois étoiles

     

    Jardin de Marie-Ange

    Ça valait vraiment la peine de pousser la barrière ! En auriez-vous douté un seul instant ?

     

    Jardin de Marie-Ange

    De retour vers l'étang. La poule d'eau a mis ses petits à couvert. Je ne dois pas avoir une tête qui lui revient. 

     

    Jardin de Marie-Ange

    Le coin repos de la jardinière. A-t-elle seulement le temps de l'utiliser ? En tout cas, on s'y laisse accueillir avec bonheur.

     

    Jardin de Marie-Ange

    Oui, oui, il y a aussi un potager ! Non, pas un petit. Il a même une belle taille et l'épouvantail n'y est pas d'une aide bien conséquente. Les bras m'en tombent et je me sens même un peu las d'un coup. L'émotion sans doute.

     

    Voilà. Un petit tour non exhaustif, loin s'en faut, de ce jardin où il fait bon flâner et qui vous offrira plein d'idées d'associations. Ce fut d'ailleurs le cas pour nous. Vous pourrez aussi pousser jusqu'à Ramecourt pour visiter la pépinière d'Antoine Breuvart, pleine de superbes tentations végétales.

     

    Et pour finir, un grand merci à la jardinière de ce magnifique espace pour son accueil très agréable et tous ses conseils. Si vous êtes tentés de parcourir à votre tour les allées de cet espace de plaisir jardinier, vous retrouverez les coordonnées du jardin ici, sur le site de JARDINS PASSIONS.  

     

     

     

     

     

     

      

     

     


    17 commentaires
  •                        KALEO Way down we go

    Eloge du vide

    Au début, il y eut les arbres et puis l'homme arriva avec ses machines à nettoyer le paysage. Après son passage, l"image avait perdu quelque relief. Alors oui l'été, le maïs sauve un peu les apparences mais l'hiver ...

    Eloge du vide

                    Même les poteaux EDF hésitent sur la conduite à tenir.                  Pas sûr non plus qu'ils acheminent quoi que ce soit quelque part.

     

    Eloge du vide

              Difficile de comprendre pourquoi certains arbres sont encore debout.             Sûrement des Mohicans...

     

    Eloge du vide

     

    Eloge du vide

    La relève est là mais il faudra un peu de patience. Dans une trentaine d'années si le vent ne s'en mêle pas trop. 

     

     

    Eloge du vide

     Reste le plaisir de ces graminées que le gel a joliment colorées. 

     

    Eloge du vide

     Champ de maïs au repos. Un essai pour créer un aquacenter. Projet tombé à l'eau...

     

    Eloge du vide

             Un peu humides les Landes mais, fort heureusement, point d'alligators        ou autres crocos pour hanter nos marigots. 

     

    Eloge du vide

    Revenons au jardin pour quelques floraisons et menus travaux.

     

    Eloge du vide  Eloge du videPas trop compliqué de deviner dans quel sens le vent soufflait. A l'ouest, toujours à l'ouest comme le disait ce cher Tryphon. Les fleurs modestes n'osent même pas lever le museau. Des fois qu'elles gêneraient.

     

    Eloge du vide

     

    Eloge du vide

     

    Eloge du vide  Eloge du vide

     Il parait que certaines hybridations récentes supportent un peu mieux la notoriété. A voir...

     

    Eloge du vide

    Une odeur reconnaissable entre mille. Sarcococca.

     

    Eloge du vide

    Une pionnière.

    C'est tout pour ce soir. Passez une...

    BELLE SEMAINE Où QUE VOUS MÈNENT VOS PAS. 

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique