• Désarroi 

                                                      J'appartiens à la même espèce animale que ceux qui ont commis cette abjection                               et je ne peux ni ne veux les comprendre.

     

     

    Honte

                Je n'ai que quelques pauvres mots à apporter en soutien à ceux qui sont dans la peine ou qui souffrent dans leur chair.            Même l'offrande d'une fleur me semble un peu vaine. 

     

     

          Désarroi

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  • En plan ( un peu plus ) large

     

    La difficulté de photographier un jardin jeune réside dans les "trous de végétation" présents à de nombreux endroits qui n'offrent pas des arrières-plans ou des écrins très passionnants et ne peuvent mettre en valeur ce qui existe déjà. D'où la profusion de plans rapprochés plus flatteurs à l’œil mais qui ne rendent pas toujours compte de la réalité de l'ensemble. Voici donc quelques tentatives automnales de plans plus larges. Pas encore de panoramique mais ça viendra... dans quelques années.

     

    En plan (un peu plus ) large

       En plan (un peu plus ) large

    Si vous êtes observateur (Vous l'êtes !), vous remarquerez que le bouquet des capucines apparaît à gauche aussi bien qu'à droite vous permettant - heureux veinards ! de créer vous-mêmes un panorama à environ 140° de cette partie du jardin. 

    Vous allez m'objecter que des logiciels de création de panoramas existent et que j'aurais pu vous éviter un exercice cérébral un brin laborieux. Ben oui... mais non parce que je n'ai pas retrouvé celui que j'avais déjà utilisé. La fois prochaine peut-être...

    Le matin, le soleil se lève et c'est beau. Une raison suffisante pour quitter son lit douillet ? Oui.. et non parce que c'est la vue que nous avons depuis notre chambre... avec un petit périscope ou en légère lévitation. 

     

          En plan (un peu plus ) large

          Premier plan : Stewartia et acer triflorum       Right in the middle : Cotinus Grace cachant en partie une bignone

          Le Cornus dans le massif a laissé passer son tour. Dommage, il est vraiment superbe avec ses feuilles lie-de-vin.

     

          En plan (un peu plus ) large

          Voilà le Cotinus effacé et ce qui reste du massif estival tente de jouer les prolongations. Certains arbres du                                     voisinage n'ont même pas encore viré. Pas assez de fraîcheur. L'arrosage est encore de rigueur ici pour les jeunes                       plantations.

     

    En plan (un peu plus ) large

    En entrant dans le jardin, sous le chêne. Le liquidambar s'est déjà pas mal ébroué. 

     

    En plan (un peu plus ) large

     

    Pas pour la rose qui est un peu exaltée à mon goût. Non, non, pour les grosses boules qui habillent bien ce rosier l'hiver venu. Des cynorhodons ou cynorrhodons (Je ne savais pas l'écrire et voilà qu'en plus, il me faut retenir deux écritures. Français, j'aime ton sens pratique.) comme des boules de noël. 

     

        En plan (un peu plus ) large   En plan (un peu plus ) large  

         Les fidèles de l'arrière-saison. Le self service n'a pas encore fermé ses portes. Certaines font encore le plein. 

     

    Profitez bien de    

    LA DOUCEUR AU JARDIN


    12 commentaires
  • 5 et roses

    Relever le défi de Marie-Claude pour Halloween, c'était fureter dans le jardin à la recherche de fleurs épanouies et ... roses.   

    Faut bien avouer que le choix commence à se restreindre. Y'a plus grand-chose. Bon, enfin si... des roses

    5 et roses

    Sweet Haze. Rosier auto-nettoyant, zéro soucis. J'aime !

    5 et roses

    Stanwell Perpetual. Pour le parfum et les belles remontées. C'est vrai, j'aurais pu enlever le vilain fané dessous.

    5 et roses

    Aurora. Vraiment dommage que le feuillage ne soit pas du tout à la hauteur des fleurs...

    5 et roses

    Harlow Carr. One of my favourite roses. What else ? comme le dirait qui vous savez.

    5 et roses

              Cinderella. De bons gros boutons qui vont peiner à s'ouvrir à cette période mais un vrai bonheur de rose.                    

    Un squatteur ? Où ça ?

    5 et roses

    Cinderella - Citrouille - Halloween    Mazette ! Quel enchaînement !

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  • Rust or Gold    ( Dans l'automne, comme dans le cochon, tout est bon ! )

    Si le côté navrant du titre ou la simple vue de cet article (très) chargé provoque dès à présent chez vous rougeurs et démangeaisons, fuyez tant qu' il en est encore temps parce que ça ne va pas aller s'arrangeant, j'en ai bien peur. Le mois de la rouille, de l'or et des rougeurs muti-tons est de retour. Glups !

    Tous les ans, la mise à feu du jardin est programmée à cette époque et le pétard produit bon an, mal an l'explosion attendue avant le couvre-feu et les cendres de l'hiver. La seule chose qui m'étonne, c'est cet attrait toujours renouvelé pour un truc, aussi beau soit-il, pour lequel je me retrouve à prendre 100 000 photos que j'ai déjà sûrement faites l'année dernière à pareille époque. Amnésie ? Manque d'imagination ? Bon public ? Make your own choice.  

     

           Rust or Gold

     

    Le liquidambar, un grand classique qui ne déçoit jamais. Cette année semble être un grand cru puisqu'on s'aventure même dans le rosé. L'avantage avec lui, c'est aussi la durée de l'incendie sans avoir à recharger la cheminée.

       

           Rust or Gold  

     

    Ce pêcher ne donne pas des fruits bien fameux  mais il se rattrape, l’automne venu, en étalant un tapis régulier de feuilles dorées sous ses frondaisons. Un brin cabotin, l'Hydrangea Quercifolia vient apporter son contrepoint lie-de-vin au premier plan.    

     

     

         Rust or Gold   Rust or Gold

     

         stewartia pseudocamellia                                                             Le même Hydrangea. Le gars qui tape l'incruste.    

     

         Rust or Gold   Rust or Gold      

         Stephanandra Tanakae                                                                 Les pommes qui restent appartiennent aux frelons...

     

           Rust or Gold

          Le bassin en mode endormissement. Les feuilles PacMan des nénuphars rendent les armes. 

     

      Rust or Gold   Rust or Gold

      Sarracenia. Je ne sais pas s'ils font une pause. Wait and see.                          Heptacodium

     

          Rust or Gold

    La particularité du pêcher réside dans ses feuilles pendantes qui pourraient sembler manquer d'eau. Disgracieux ? Eh non, pas tant que ça finalement. L'ensemble du feuillage apporte une vraie touche d'originalité au jardin. Et puis, dans la lumière, elles révèlent des nuances assez réjouissantes. 

     

       Rust or Gold   Rust or Gold

    Les Acers comme le Liquidambar sont des fidèles de l'explosion automnale. Avec eux, on cale l'objectif et on attend qu'ils veuillent bien virer ce qui se produit immanquablement, année faste ou pas. Le second, c'est Acer Palmatum Ukigumo, rose au printemps. 

     

    Rust or Gold   Rust or Gold

    Si chaque figuier commandait des gants pour ses                 Il est même des pépiniéristes qui encouragent le vice obsessionnel   feuilles, la fortune des gantiers serait faite.                              de certains clients. A partir de là, que peut-on faire ou dire ?           J'ai dit, si... Pas que ça pourrait arriver. Certains                                                                                                                                             d'entre vous démarrent au quart de tour. C'est                                                                                                                             impressionnant.

     

     

     

         Rust or Gold 

    Et pour finir, le Sassafras. C'est beau et les feuilles froissées exhalent, si mes souvenirs sont bons parce que je n'ai pas réessayé, un parfum pas désagréable. Tiens, il faut que je pense à refaire l'essai. Penser à faire un nœud au mouchoir pour que le nœud me fasse penser que je devais faire quelque chose. Oui, mais quoi ? De toute façon, je n'ai que des mouchoirs en papier. 

     

    Une cellule psychologique est à la disposition des quelques personnes en situation de stress avancé après cette avalanche de couleurs pétantes. D'ailleurs, l'auteur de ce billet ne se sent pas trop dans son assiette et il vous laisse là en vous souhaitant quand même...

    un weekend  doré 

     

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique