• Ryoan-Ji

    Ryoan-Ji 

    Je suis tombé dans ce jardin japonais à peu près au même moment où j'ai commencé à m'intéresser au jardinage de façon un peu plus approfondie. C'est dire qu'avant d'aller au Japon, j'étais à peu près autant au fait de ce qu'était un jardin japonais qu'un lémurien moyen en goguette dans un parc d'attractions peut l'être de Mickey Mouse.

    Quand Marielle a parlé d'aller regarder des cailloux (quelques) posés sur un lit de graviers et que cela faisait partie des incontournables visites de jardins de temple à Kyoto , j'étais, je l'avoue, un peu (très en fait) sceptique sur sa capacité de jugement et sur celle des guides touristiques. Ou alors c'était le soleil parce qu'en marchant dans Kyoto, on avait l'impression que quelqu'un avait oublié d'éteindre le four dans lequel nous marchions. Pragmatiques, les Japonais ont disposé des distributeurs de boissons en tout genre à chaque coin de rue et tout le monde se balade avec sa petite serviette de poche qui est à tordre au bout d'un quart d'heure. Pour être sumo à Kyoto, faut habiter un réfrigérateur. Mais pardon, je m'égare. Revenons aux cailloux, rochers plus exactement.  

    Nous entrons dans un temple dans lequel, comme à l'accoutumée, nous nous déchaussons. Pas grave, c'est l'été. Comme dans tout espace de méditation, la discrétion est de rigueur et c'est plutôt agréable de n'entendre que le bruit du plancher qui craque (C'est fait exprès ! Le moine qui voulait faire le mur le samedi soir avait intérêt à être léger.) sous nos pas et de sentir ce contact du bois sur nos pieds nus et un peu échauffés. Non, non, pas d'échardes en vue.

    Ryoan-Ji

                                                                                                                                              

    Et là, nous arrivons devant ce jardin puisqu'il faut l'appeler comme ça et je suis extrêmement déconcerté. C'est bien ça, des rochers et, en plus, y'en a pas vraiment beaucoup. Bon, eh bien, nous nous asseyons et là, peu à peu, la beauté du lieu m'enveloppe tout entier. Devant ce dépouillement extrême, j'entrevois un minuscule fragment de ce qui nourrit l'âme japonaise pour en arriver à un tel résultat. Rien de spectaculaire, rien de construit en apparence et pourtant, tout est à sa place, l'harmonie règne. Je ne m'ennuie même pas. Pas trop de choses à regarder pourtant. Quelques photos et puis nous profitons du temps qui s'écoule, paisiblement. Le luxe de savourer du regard l'épure minérale et végétale poussée à son stade ultime. L'abstraction au jardin.

     

    Ryoan-Ji

    Le temps qui passe, les saisons qui défilent, les intempéries, l'austère beauté de la décrépitude, tout est inscrit sur ce mur que nul peintre ne saurait reproduire sans en trahir l'authenticité. Un peu, toutes proportions gardées, comme ces volets fanés qui s'accrochent aux maisons anciennes de nos contrées. 

     

            Ryoan-Ji          Ryoan-Ji

     

    Ici, tout est contrôlé, même la mousse, nettoyée à la pince à épiler si besoin est. La nature donne la direction, elle établit et conçoit mais c'est l'homme qui met en scène en créant, à partir de cette page pas vraiment vierge, un jardin puisque c'est de cela qu'il s'agit et pas autre chose. La racine de l'arbre a fait exploser la bordure mais elle est devenue l'élément majeur d'un micro-paysage.

    Ryoan-Ji

    Ce type de jardin n'est pas immense mais n'a pas besoin de l'être. On s'arrête souvent pour profiter d'un détail qui, ajouté à d'autres reconstitue une histoire, une image, une idée. Ce que l'on veut en fait. Les Japonais l'appréhendent sûrement bien différemment mais en tant qu'européen, on se raccroche aux branches alors que l'on est en plein potage. Délicieux, quand même le potage.

    Alors, bien sûr, ne prenez pas pour argent comptant tous les explications plus ou moins fumeuses exprimées plus haut. Ce ne sont que des ressentis sur lesquels j'ai essayé de mettre mes mots. Qu'on se le dise !  


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Avril 2015 à 23:28

    Le Ryoan-Ji et bien d'autres jardins japonais m'attirent depuis longtemps. Cette visite inattendue à travers ton blog renforce mon envie de me rendre au Japon. Ton texte nous emmène dans ton ressenti profond et c'est un plaisir de te lire...

    2
    Mardi 14 Avril 2015 à 21:49

    Je te souhaite vraiment de pouvoir réaliser ce projet. Kyoto est une ville particulièrement attractive au niveau des jardins que l'on y trouve en nombre conséquent, Tokyo étant un peu plus industrieuse et moins portée sur ce type de chose. Il y en a quand même. Le Japon est une destination sans problèmes où tout est balisé et étudié pour te faciliter la vie. Si tu as besoin de renseignements concrets, n'hésite pas à me les demander.

    Bonne soirée 

    3
    Mardi 14 Avril 2015 à 22:47

    Merci, je ne manquerai pas de revenir vers toi.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :