• Pour en finir avec l'été

    L'été s'en va et, avec lui, le souvenir cuisant des journées suffocantes où la terre du jardin ne formait plus qu'un bon gros bloc compact d'argile dure comme la pierre. Les plantes y vivotaient à coups d'arrosoirs parcimonieux et de douches hebdomadaires tout juste bonnes à empêcher l'irréparable, à savoir l'asphyxie du vert qui avait eu le bon goût de survivre au barbecue ambiant.

    Si ces temps de disette sont aujourd'hui révolus, le retour à la normale est, lui, un peu plus lent et on peut qualifier les floraisons du moment d'un brin timides voire minimalistes pour certaines.

    Bon, pour faire court, vous ne verrez pas ce qui est moche au jardin. Les nouvelles du monde pourvoient aisément à ce type d'exposition sans qu'il soit besoin d'en rajouter. Le jardin comme remède à la bêtise humaine ? Why not ?

    Voici donc ce qui marche parce que "Se faire du bien ne peut pas faire de mal".                                    ( Citation d'un jardinier ami qui a bien raison )

     

    Pour en finir avec l'été

    Les Asters de Fred viennent apporter leurs taches colorées toujours conséquentes. Ils n'aiment pas trop l'eau qui les fanent prématurément mais le nombre permet quelques défections en cours de fleurissement.

     

     Pour en finir avec l'été Pour en finir avec l'été

     

    L'Hydrangea paniculata Vanille fraise a pris un peu de gîte mais il n'est pas trop roussi. Il offre un contraste nuancé aux Asters ou autres Anémones "Honorine Joubert".  

    Pour en finir avec l'été

    Avec l'arrivée des anémones et des asters, ce massif de l'entrée a retrouvé quelques couleurs. Va falloir trouver de quoi l'animer un peu en août parce que ça n'était pas trop réjouissant durant cette période chaude. 

     

    Pour en finir avec l'été Pour en finir avec l'été

    Au bassin, certains font de la rétention. Pourtant pas l'endroit qui manque le plus d'eau. Mais sait-on jamais ? 

     

    Pour en finir avec l'été  Pour en finir avec l'été

     

    Begonia Grandis Evansiana "Alba" , un nom à rallonge pour une plante très accommodante ici. J'en ai repiqué à plusieurs endroits un peu ombragés du jardin et il ne s'est pas fait prier pour s'installer sans problème avec femmes et enfants.  

     

    Pour en finir avec l'été  Pour en finir avec l'été

    Une fougère back on stage après une tournée estivale avortée et un phlox étourdi qui avait manqué le pic de floraison. A moins que ce ne soit un petit futé qui n'a pas souhaité participer à la grillade générale. Les plus attentifs sauront repérer la fleur dont la vie ne tient plus qu'à un fil.  

     

    Pour en finir avec l'été

    Pour en finir avec l'été

     

    Citrus limon "Meyer" se hâte lentement. Mûrissement en décembre... peut-être.

    Pelargonium Sidoïdes ou géranium du Cap, discrète floraison d'un pourpre foncé à nos yeux émerveillés toujours offerte de juin à octobre au moins.

     

     Pour en finir avec l'été

    Quelques taches vertes au sol et des feuillages qui retrouvent un peu de verticalité. Ça fait du bien même si aujourd'hui, le thermomètre devrait encore passer la barre des 30°C. L'automne s'en vient, en traînant des pieds certes mais on ne va pas trop s'en plaindre. Ne manque que l'eau pour ameublir un sol pas encore vraiment prêt à recevoir les plantes en pot toujours en stand by.

     

    Pour en finir avec l'été

    Et pour finir, dans la joie et la bonne humeur, la palme de l'écervelé de l'année conquise haut la main par ce champignon qui a (avait) élu domicile sur les bandes de roulement menant à l'abri voiture. Ecrazibouillé pour l'exemple. Je sais, oui, c'est cruel et mesquin. 

    Que cet acte barbare ne vous empêche quand même pas de passer un ...

    TRÈS JOLI DÉBUT D'AUTOMNE

     

     

     

      

      


    4 commentaires
  • Le roussi lui va si bien !

    A vrai dire, cette affirmation tient plus de l'autosuggestion consciente que d'une réalité tangible. Mais, se lamenter n'apportant rien, j'ai décidé de chercher une façon de tirer parti de cette météo exceptionnelle qui transforme nos jardins en paysages steppiques. Comment faire du pas trop moche avec du grillé ?

    Evidemment, si vous prenez une entrecôte, ça marche. Y'a qu'à regarder les pubs sur le sujet mais pour les feuilles... grillées, ça donne quoi ? Eh bien, il y a une option qui fonctionne assez bien, c'est la lumière et forcément, les contrastes qu'elle offre avec l'ombre.

    Je rassure les allergiques au marron ( dont je suis) , il y aura aussi un peu de vert. Ben oui, on ne peut quand même pas laisser faire tout et n'importe quoi. Ben non ! Chlorophylliens de tous pays, unissons-nous ! Là, le lecteur(trice) marque un très net temps d'arrêt et je le(la) comprends... L'auteur a dû stationner au soleil plus que de raison et ses capacités intellectuelles semblent répondre aux abonnés absents.

    Bon, tout cela est assez ennuyeux mais il reste la batterie de secours et nous allons essayer de mener à son terme cet article avec les pauvres moyens dont nous disposons. Je demanderai donc toute votre indulgence pour la qualité bricolée de cet opus, eu égard aux pauvres ressources qui seront les nôtres dans les lignes qui suivent.

    Bon, y s'décide-t-y à y'aller le beau parleur ou bien faut-y lui botter le train ?    ( Glups ! J'avais prévenu, ça commence... )  

     

    Le roussi lui va si bien !

    Apocalyptique ? Pas sûr. Certes, les tournesols sont bien grillés mais comme on les récolte pour leurs graines, faut bien terminer le cycle et là, je crois que c'est bon. Après la récolte, le festin commencera pour les tourterelles et les chardonnerets... bon, seulement si les chasseurs ne traînent pas trop dans le coin. Le champ est juste derrière le portail. C'est vrai qu'on pourrait rêver mieux comme jardin d'en face mais c'est calme et ça, ça n'a pas de prix.

     

    Le roussi lui va si bien !

    Le Lotus aime la chaleur aussi longtemps qu'il peut se rafraîchir en trempant ses petons dans l'eau. Les guêpes aussi aiment l'eau et la fréquentation des Lotus en devient problématique ou faite à distance raisonnable. Si vous voulez sentir, faudra arriver tôt le matin, la guêpe étant plutôt grasse mat'. Tant mieux en fait.  

     

    Le roussi lui va si bien !

    Le centre de la cible rapporte cent points. Seul souci, on ne peut jouer bien longtemps. C'est pas bien solide ce truc et puis, la propriétaire n'a pas l'air ravie, ravie quand je pose mes grosses pattes sur son ouvrage. Tant pis, il me reste les boules...

     

    Le roussi lui va si bien !

    Bon, là, personne pour râler. Je sais, on ne joue pas avec la nourriture. Mais, de toute façon, ces pêches sont blettes ou abîmées et les fourmis sont bien les seules à festoyer avec. Cette année pourtant, quelques-unes ont fini leur cycle et elles sont plutôt bonnes.                                                                                         A noter : sortir l'échelle pour cueillir les pêches mûres. 

     

    Le roussi lui va si bien !

    Je ne sais pas trop ce que c'était que ce truc bleu que ma copine de l'image d'au-dessus boulottait mais il n'en restait pas assez pour que la reconstitution du drame puisse apporter des éléments d'un quelconque secours propres à aider à l'élucidation du crime. Ben, voilà comment on laisse courir dans la nature des êtres dont la vilenie est pourtant une évidence. Que fait la Police ?

     

    Le roussi lui va si bien !  Le roussi lui va si bien !   

    Les graminées au soleil, c'est flatteur. Ça aura besoin de s'étoffer un peu mais pour une première année, la petite barrière ainsi constituée remplit déjà agréablement son rôle. Et puis là, pour le coup, c'est assorti au sol. Les platanes laissent quelques-unes de leurs feuilles griller aux entournures mais la canicule ne semble pas les perturber plus que ça. Green Power for ever.

     

    Le roussi lui va si bien !

     

    Le roussi lui va si bien !

    Profiter de la lumière en restant dans la relative fraîcheur de l'ombre. Quand la grande rôtissoire estivale tourne à plein sur le sable surchauffé des dunes, se repaître de couleurs chaudes et les savourer dans la pénombre de la ramure d'un grand chêne, c'est aussi ça le Sud. Bon d'accord, on n'y gagne pas un joli bronzage couleur croissant doré, ce serait même plutôt petit cochon rosé. Moins glamour, c'est sûr.

     

    Le roussi lui va si bien !

    Si vous tendez l'oreille, vous entendrez sûrement les grillons. En tout cas, c'est concert live tous les jours. Seul regret, le chanteur n'a pas un répertoire bien étendu. A quand les bestioles concertistes ? 

     

    Le roussi lui va si bien !

    Au bassin, pas de pénurie d'eau et les Pontederia Cordata assurent la permanence des couleurs pas trop délavées. Grazie mille !

     

    Le roussi lui va si bien !

    Un vert en trompe-l’œil. L'hydrangea du premier plan n'a plus que son bois pour pleurer. Bon, il semble quand même se recomposer de la base. Good boy ! 

    L'herbe est peut-être plus verte ailleurs mais ici, elle craque doucement quand on marche dessus.

    Plus la couleur mais toujours le son,... THE BEAT GOES ON .  

     

       

      

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Le Domaine Royal de Mariemont

    Alors que nous séjournions à Genech, Jean, le propriétaire du jardin Les Hydrangea dans lequel se trouvait notre gîte, nous proposa très gentiment de visiter en sa compagnie ce parc belge. Renseignements pris sur internet, nous décidâmes d'accepter sa proposition. Pourtant, sur l'ordinateur, les vues du parc concernant les parties plantées ne sont pas légion et elles ne nous aidaient pas trop à savoir à quoi nous pouvions nous attendre.

    Mais après tout, Jean connaissait très bien l'endroit et les arbres présents semblaient être de très beaux sujets, dignes d'une visite qui pouvait être prolongée par celle du musée situé dans le parc. Et puis, 45 hectares sans savoir où l'on va, nous ne l'aurions pas fait sans guide. 

    Cet article, j'ai choisi, à dessein, de l'illustrer uniquement avec des images en noir et blanc qui ravissent, je le sais par expérience, très moyennement nombre d'amateurs de jardin. Pourtant, ce vecteur me semblait mieux coller aux sensations qui ont pu être les miennes au travers de notre cheminement dans ces hectares de plénitude arborée. Alors ceux qui résisteront à ce voyage en bichromie sont vraiment les bienvenu(e)s. Les autres aussi bien sûr ! Ils n'auront qu'à colorier au feutre sur l'écran. Facile, non ?

    Mariemont, c'est un parc qui colle à des souvenirs d'enfance. Les troncs lisses ou crevassés, tordus par les épreuves ou le temps qui passe, les fûts puissants et droits des arbres qui ne craignent pas d'affirmer leur présence, les sous-bois clairs ou assombris par des ramures généreuses. Et puis, et je crois bien que c'est ça qui a fait plus que tout le reste, les écorces lavées par la pluie orageuse, l'herbe trempée et les bottes aux pieds portées tout le long du chemin. Un parc au charme suranné où je vous invite à musarder. 

     

    Parc de Mariemont

    Ne vous y trompez pas, nous allons vite faire demi-tour pour aller chausser les bottes. Faux départ !

     

    Parc de Mariemont

    L'avantage de la pluie, c'est son caractère dissuasif. Le parc pour nous tout seuls. 

     

    Parc de Mariemont

    Parc de Mariemont

    "Le triomphe de la femme" et une "folie" austère ou épurée selon les critères que chacun d'entre nous voudra y accoler. Une villégiature, pieds dans l'eau, conçue bien avant la mode des bains de mer.                                                    

    Les canards ne s'encombrent pas de ces considérations bavardes. Ils palment avec application, en quête d'une hypothétique pitance. Pan sur le bec du rédacteur !

     

    Parc de Mariemont

    A ce moment du récit, les canards sont partis se mettre à l'abri. Ils ont bien fait. 

     

    Parc de Mariemont  Parc de Mariemont

    Le potager. Je sais, c'est difficile à croire mais si, ce gros vase très chargé et les nénuphars dans le bassin idoine s'y trouvent bien. Les locaux pourront vérifier. Bon, c'est vrai qu'il y a aussi des légumes. Aussi et surtout... oui, c'est d'accord.

     

    Parc de Mariemont

    Je ne vous abreuverai pas de noms parce qu'évidemment, je suis loin d'être un spécialiste et que là n'est pas l'objet de cet article. Mais avouez que ce feuillage clair d'où dégoulinent ces pendeloques légères, c'est plutôt réjouissant pour l’œil et d'ailleurs, même la couleur n'y ajouterait pas grand-chose.  

     

    Parc de Mariemont

    Pour en finir avec la ligne droite. Certains arrivent à leurs fins par d'autres chemins. Celui-là s'est quand même singulièrement compliqué la tâche. A moins qu'il n'ait pas eu le choix...

     

    Parc de Mariemont

    Parc de Mariemont

    Les Araucaria n'ont pas la réputation de pousser bien vite. Pour obtenir des mâts comme ceux de Mariemont, il a fallu être patient. L'arbre, lui, a tout son temps puisqu'on rapporte qu'il serait capable d'atteindre le millénaire. Un bon placement pour un héritage ( à long terme ) finalement. 

     

    Parc de Mariemont

    Ce musée construit dans les années 60 évoque invariablement pour moi les albums de Spirou de cette époque. Un brin désuet mais vaguement familier aussi.

     

    Parc de Mariemont  Parc de Mariemont 

    La patte majestueuse, à droite, est un moulage en bronze d'une espèce d'une taille plus que respectable, aujourd'hui disparue et apparentée aux éléphants, qui fréquentait ces espaces il y a de cela plusieurs millénaires. A cette époque, planter un arbre relevait de la gageure puisque ces animaux, très myopes ( Des paires de lunettes retrouvées lors de fouilles menées dans le secteur en attestent. ) ,dotés aussi d'un embonpoint que nous qualifierons de certain et d'une maladresse sans pareille, réduisaient souvent les efforts des jardiniers de l'époque à néant. On comprend donc mieux pourquoi les arbres que l'on peut admirer de nos jours ne sont pas plus âgés... 

     

    Parc de Mariemont

    Et l'on retrouve la quiétude d'un parc à l'anglaise où chacun de ces géants débonnaires s'efforce d'apporter sa pierre à l'édifice commun propre à satisfaire notre besoin de beau.  

     

    Parc de Mariemont  Parc de Mariemont

    Les grilles de l'Orangerie. Fastes d'une autre époque où l'on engageait beaucoup d'argent dans ces lieux. Aujourd'hui, l'entretien en est compliqué et le château d'hier s'est mué en ruines romantiques où la végétation a repris sa place, la première. Les gens qui passent ? Des joggeurs minimalistes sans doute ...

     

    Parc de Mariemont

    Planté en 1886, ce groupe n'a pas pris une ride mais de la hauteur, ça oui.

     

    Parc de Mariemont

    Ça aurait pu s'appeler "Un balcon en forêt" mais le titre est déjà pris alors je vous laisse le soin d'en trouver un autre. Oh! Et puis soyez prudents. Tout ça me semble un peu usé aux entournures.

     

    Parc de Mariemont  Parc de Mariemont

    Au point bas du domaine, les eaux calmes d'un étang aux eaux gris de jade. ( Ben oui, c'est quand même mieux que vaseuses avec des algues. )

     

    Parc de Mariemont

    Encore un peu fluette, la relève de Mariemont folâtre dans l'herbe haute. Jeunesse insouciante que l'on côtoie avant de remonter vers le haut du parc et ses sujets vénérables. Voilà, on se quitte ici mais la balade va encore durer un peu.

    Comme à la fin d'un film, on adresse des remerciements à ceux qui nous ont permis de concrétiser le projet, ici une très jolie balade pour les yeux oui mais pour la tête aussi.                              Merci, Jean.

    Alors, si vous aussi, vous aimez ces ambiances, sachez que Mariemont se trouve non loin de Charleroi, en Belgique, et que vous trouverez tous renseignements utiles ici.

      

    D'ici là, si vous en avez l'occasion, ...             PLANTEZ DES ARBRES.

     

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Le 4

    Bien peu de choses à se mettre sous les yeux ? C'est vrai mais ce n'est pas une raison pour perdre le fil. Peu de travaux en ce moment excepté l'arrosage indispensable à la survie des plantes, surtout celles qui ont été plantées cette année. Planter ? Même pas en rêve ! La bêche, au mieux, arracherait un peu de paille au sol, au pire me reviendrait en pleine figure ou m'écraserait le gros orteil que j'ai mignon, c'est entendu mais fragile aussi et ça, on le sait moins !

    Je lis donc avec compassion les chroniques de nos divers blogs amis se lamentant de devoir arroser, protéger leurs plantes touchées par une canicule pour une fois universelle ( Enfin, si l'on devait réduire l'Univers à la France et à la Belgique ce qui, somme toute n'est guère raisonnable. Ben non quand même. ) et qui les laisse un peu déboussolé(e)s. L'occasion de redire que les magazines, bouquins et parfois même pépiniéristes devraient, pour certains d'entre eux, tempérer leurs jugements sur la préconisation d'une exposition par exemple ou sur des cultures compliquées à réaliser sous certaines latitudes. Aujourd'hui, avec le recul, j'aurais évité de faire souffrir quelques végétaux vraiment pas à leur place chez nous. Bon, à leur décharge, ils ne peuvent pas sillonner le pays en tous sens pour donner des conseils pointus à tous. Juste une moyenne donc   ( La Loire ? Même pas sûr. ) .

    Bon, maintenant, si vous avez le chapeau, la crème solaire ( couche épaisse ), le litre d'eau et même une petite glace s'il y a des gourmands, on peut y aller. 

     

    Toutenfoto 4

    Je sais, vous en avez déjà vu ici mais, relisant un bouquin consacré au Japon, j'ai voulu essayer de refaire une image comparable à celle  qui se trouvait à l'intérieur dudit ouvrage. Je ne sais pas si ça fait très dix-neuvième siècle, peut-être un peu trop net. Un essai que ça s'appelle.  

     

    Toutenfoto 4 Toutenfoto 4

    Rien de bien spectaculaire. Ben non mais un élément incontournable ici, l'ombre.

     

    Toutenfoto 4  Toutenfoto 4

    Rosier Ghislaine de Féligonde               Jacinthe d'eau

     

    Toutenfoto 4

    Une réussite cette année. Merci aux généreuses donatrices du SOL. 

     

    Toutenfoto 4

    Le orange, même quand le jardin est grillé, ça marche. Le pourpre aussi. Bon, on va creuser dans cette direction alors. 

     

    Toutenfoto 4

    Hibiscus Coccineus "Lone Star"

     

    Toutenfoto 4

    Le seul endroit du jardin un peu vert. Le grand massif blanc de Marielle planté cette année. Belle réalisation parce qu'en vrai, les feuilles de platane au fond de l'image ne sont pas surexposées et c'est encore mieux.

    Mouais... Un peu bavard pour un Toutenfoto... Ferai mieux la prochaine fois.

     

    STAY COOL !

     


    8 commentaires
  • Chez Claudine et Michel: Le jardin de Barges

    Nous ne connaissions Claudine et Michel que par l'entremise du SOL et c'est son organisatrice, Isabelle, ( du SOL, l'organisatrice ! Y'en a vraiment qui ne suivent pas mais j'ai les noms... ) qui nous a transmis leur gentille invitation à venir leur faire une petite visite au jardin.

    Pour paraphraser Dutronc, Jacques de son prénom, " le plus difficile ce n'est pas de les rencontrer, le plus difficile c'est de les trouver sans s'égarer un peu, beaucoup..." Bon, le joli vallon en arrivant à Tournai ( Belgique-Hainaut ), on y arrive assez vite et là, on se sent très bon même si on a abusé de façon éhontée du radioguidage de GMaps. Mais bon, même GMaps semble perdre les pédales à partir de cet instant et point de jardin de Barges ! Alors, on fait quoi ? Eh bien, on descend de sa voiture et on demande. Bon, c'est un peu laborieux mais quelques essais plus tard, une dame sympathique finit par nous mettre sur la voie! Cette fois, c'est bon, on arrive. Allez je suis bon prince, je vous donne un indice. Vous devez absolument franchir la rivière. la preuve ? La voilà en images.

     

    Jardin de Barges

    Pas Rome mais finalement, au moins un chemin qui y mène et c'est bien suffisant. Une jolie plaque que les pois de senteur ont adopté sans hésiter. 

     

    Jardin de Barges

    L'entrée de la maison... et du jardin parce que, tout de suite, on entre dans le vif du sujet. Un accueil vitaminé avec ces couleurs qui font pendant à la jolie maison en briques du pays. Monarde pourpre, Sambucus Black Lace( je pense ), hémérocalles et le bonhomme de neige de l'hydrangea Annabelle qui vient apporter sa touche débonnaire.

     

    Jardin de Barges

    L'opulence de la végétation ne vous a pas échappé ni les tenues quelque peu couvertes de ces dames. Alors oui, nous sommes dans le Norrrd! ( Non, pas les tomates ou les oeufs, pas encore s'il vous plaît. ) En ces temps de disette d'eau, il vous faut savoir qu'il existe des contrées où ce liquide béni des jardiniers abonde. Si, je vous assure, ça existe alors forcément ça pousse mieux, plus fourni et c'est plus joli. Bref, un conseil, déménagez !      

    Bon, n'oubliez quand même pas de noter le joli rosier qui cascade depuis le sapin ni celui qui lui donne la réplique au pied de l'arbre. Ah oui, j'ai oublié de le dire, Claudine et Michel aiment les roses, beaucoup mais pas que... vous l'allez constater. Comme d'habitude, je n'ai pas retenu le nom des rosiers... je sais, c'est pas bien.

     

    Jardin de Barges  Jardin de Barges

    Pour récupérer les lettres, c'est comme au Mikado, interdiction de faire bouger les pois de senteur. Alors forcément , Michel et Claudine passent pas mal de temps à relever leur courrier. On n'a rien sans rien. Une alchémille survitaminée! Chez nous, la floraison est moitié moindre. La recette, la recette!

     

    Jardin de Barges  Jardin de Barges

    Des roses sans nom, c'est triste. Au secours, Claudine, Michel ! Bon, avec l'aide de nos deux jardiniers, je vais pouvoir mettre un nom sur ces fleurs. Donc, à gauche, Jasmina, un grimpant et à droite, Larissa. Il ne vous reste plus qu'à faire votre choix.  

     

    Jardin de Barges

    Hydrangea et Alcaea, c'est vrai que ça marche bien ensemble.

     

    Jardin de Barges

    Nous sommes passés à l'arrière de la maison et le plaisir des yeux continue sans faiblir. Les Dahlias qui assurent le spectacle devant le feuillage léger d'un grand fenouil (bronze ?). L'oiseau, lui, se balance au gré du vent mais jamais ne s'envole. A croire qu'il a trouvé une bonne adresse et ne souhaite pas aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte. 

     

    Jardin de Barges

    Une terrasse, un petit talus et un cheminement au-dessus de celui-ci. Quelques arbres bordant le jardin sur le côté et en haut de la parcelle qui procurent une ombre bienvenue pour les plantes de sous-bois. L'ombre pour la terrasse ? Le parasol s'en charge très bien. C'est beau la pelouse, non ? Un rêve inaccessible pour les sudistes. 

     

    Jardin de Barges

    Ça, hmmm ! De la couleur, de la bonne humeur, de belles associations dans les formes de corolles, un étagement aux petits oignons. Que demande le peuple ? Rien si ce n'est la couleur des fleurs du rosier juste derrière l'Inula et celles des pavots qui, trop tard, sont maintenant occupés à la production de la grosse capsule. A l'arrière, un Miscanthus (?) apporte la légèreté de son feuillage et une belle hauteur qui augmentera encore lorsque les fleurs viendront. Peut-être un clin d’œil à Renée Boy-Faget et son jardin d'Entêoulet, peut-être ?

     

    Jardin de Barges

    Où l'on finit par comprendre que ce ne sont pas toujours les raretés en matière botanique qui plantent les décors les plus réussis. Marguerites, fougères, pulmonaires, dahlias et autres rosiers, ça se trouve même si certaines variétés ici présentées ont été soigneusement sélectionnées. Après, vient le temps de la composition et là, le jardinier fait appel à sa créativité pour créer un équilibre qui flattera l’œil. J'aime bien cette mise à l'honneur de fleurs qui ne viennent pas forcément de l'autre bout de la terre.

     

    Jardin de Barges  Jardin de Barges

    Quelques jolis objets pour attirer le regard et des Phlomis pour structurer. L'arrosoir du milieu, un vieux briscard des corvées d'eau coule ici une retraite heureuse, tout percé de partout qu'il est mais la pomme toujours gaillarde. Non, ce n'est pas une métaphore ... gaillarde comme certain(e)s se sont vite empressé(e)s de le penser. Ne niez pas, je vous ai vus tordre le nez.

     

    Jardin de Barges

    Une jolie fontaine qui tente de repousser, sans trop de succès, les assauts pacifiques d'une végétation généreuse.

     

    Jardin de Barges

    Jardin de Barges  Jardin de Barges

    Voilà, nous sommes montés d'un cran et, sous l'ombrage des arbres, des tables accueillent de nombreuses potées qui garnissent aussi nombre d'endroits ailleurs dans le jardin. Une bonne occupation quand il s'agit de tout arroser. Heureusement, ici... (Vous vous rappelez, les tomates et les œufs ... )

    On chemine ainsi dans ce bout de nature paisible en ayant le loisir d'observer sans effort tous ces végétaux placés à hauteur de main.

     

    Jardin de Barges

    Nouvel interlude dahlias toujours associés avec bonheur à d'autres vivaces ou annuelles.

     

    Jardin de Barges

    L'été, la structure du jardin apparaît un peu moins, rejointe par la végétation saisonnière mais elle n'en guide pas moins le regard sans que l'on ne s'en aperçoive vraiment. Des conifères qui apportent une note dorée fort agréable à l’œil. L'un de mes tableaux préférés chez Claudine et Michel.

    Voilà, le petit tour, non exhaustif loin s'en faut, est terminé. L'heure d'adresser un grand merci à nos deux jardiniers pour leur très grande gentillesse et leur accueil très très agréable. Un grand bravo aussi pour ces amoureux des plantes dont le talent n'a d'égal que la modestie avec laquelle ils parlent de leur carré de bonheur, un jardin merveilleusement entretenu ( Je devrais prendre des leçons. ) comme on le constate aisément sur les images. Vous pouvez retrouver Claudine, Michel et leurs tribulations jardinières ici. Alors, n'hésitez pas à leur faire un petit coucou.

     

                  En tout cas, nous, on leur fait...   DE GROSSES BISES.                    Bon, allez, à vous aussi, c'est d'accord.   

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

      

        

     

        


    20 commentaires
  • Le 3

    Raclage de fonds de tiroirs déjà bien vidés. Il fait sec, chaud (très) et les plantes font le gros dos en attendant la pluie. Du coup, c'est à qui lâchera des feuilles, des fleurs ou même des tiges entières trop gourmandes en eau. Le végétal se fait économe de ses efforts, limitant au maximum l'évaporation en fermant tous les sas. Prêt pour une immersion dans le rabougri ? C'est par là.

    Toutenfoto 3

     

     

    Toutenfoto 3

     

     

    Toutenfoto 3

     

    Le bas du jardin. Pas la partie la plus sèche grâce à une nappe souterraine pas trop profonde. Tondeuse inutile sauf pour les pissenlits. Des tiges ridicules pointant ça et là sur le grillé ambiant. 

     

    Toutenfoto 3

     

     

    Toutenfoto 3

     

     

    Toutenfoto 3

     

    Peu de fleurs mais on les voit.

     

    Toutenfoto 3  Toutenfoto 3

     

    Les discrètes. A l'ombre d'un chêne.

     

    Toutenfoto 3

    L'araignée pour le cas où vous auriez perdu le fil. Boulotage en règle d'une mouche(?) qui semble presque caramélisée. N'ayant pas assisté à la préparation du plat, je ne peux guère confirmer cette hypothèse.  

    Bonne semaine et ... MARCHEZ A L'OMBRE.

     

     


    8 commentaires
  • Instantanés du lotus

    En sept images, vous allez devenir aussi incollable sur le lotus que l'est le riz de l'oncle B... sur le fond de la casserole. Vous admettrez que ça vaut le coup de se pencher sur le phénomène. Alors penchez-vous mais pas trop quand même. N'oubliez pas que votre écran n'est muni d'aucune balustrade. Si certains imprudents prennent un vilain coup de pixels, j'aurai prévenu.

    Bon, revenons à nos moutons ici remplacés avantageusement par des lotus. Je sais que ça n'a rien à voir mais vous vous imaginez bien que je ne suis pas l'auteur de ces maximes stupides et que je fais au mieux pour les adapter à l'objet à propos duquel je voudrais vous entretenir. Le lotus, donc.

    Au début, le lotus c'est ça. Une sorte d'asperge montée sur une tige rugueuse comme une joue mal rasée. Pas très glamour c'est sûr et pourtant, croyez-moi, on l'aime cette tige attendue comme le messie ( On peut remplacer messie par graal comme précédemment expliqué mais ça ne change pas fondamentalement grand-chose. Alors je ne recommence pas les explications, vous pourriez vous lasser.). Les grosses feuilles autour des tiges servent de bouclier anti aérien, on n'est jamais trop prudent. 

    Instantanés du lotus

     

     

    Comme il est bien nourri voire gavé, le missile balistique inter continental pointe de façon arrogante sa tête chercheuse vers le ciel. De quoi rejouer plusieurs fois au Docteur Folamour, enfin seulement si ça vous fait plaisir bien sûr.

    Instantanés du lotus

     

    Et puis, un jour, alors que vous avez éradiqué toute l'herbe autour du bassin à force de rotations aussi vaines que répétées, l’impétrant se décide enfin à venir quérir ses lettres de noblesse. Après tout, pourquoi pas puisque Lao Tseu, un chinois de mes amis, indique fort à propos que celui qui marche à grands pas ne tient pas la distance. ( Merci Lao pour cette intervention, nous reviendrons vers toi en temps utiles. Oui, c'est bien Léo qui était prévu comme prénom et non Lao mais il s'agit d'une erreur lors de l'enregistrement de la naissance du bout de chou. Un agent de l'état civil peu au fait des prénoms étrangers a créé de toutes pièces une adaptation chinoise sur laquelle nous aurons le bon goût de ne pas émettre d'avis, même négatif. Si, si, on se retient. Imaginez si, au lieu de Tseu, la famille avait porté le patronyme à consonance toute japonaise de Sijisui. Eh oui, ça fait réfléchir ! Allez va voir Lao. Lao qui ? Bon, j'arrête. )  

                          Instantanés du lotus

     

    Bon, comme c'est ( très ) beau, je vous laisse savourer dans le calme et la sérénité. 

    Instantanés du lotus

     

     

    Donc, pour ceux qui n'auraient pas tout retenu, je récapitule. Début et puis ... fin du processus. Je sais, c'est un peu compliqué avec toutes ces étapes mais accrochez-vous, ça en vaut la peine. Comment ça, c'est n'importe quoi ? 

    Instantanés du lotus

     

    Comme c'est très joli, c'est aussi très fragile et la fleur a bien du mal à passer le cap d'une troisième journée. Si la pluie s'en mêle, c'est encore plus court. Heureusement, la relève est assez prolifique et puis des pommes de douche dans un bassin, c'est une touche originale dans le jardin. Pas encore trouvé le mitigeur mais je ne désespère pas. 

    Mesdames, si votre mari boude le jardin ou ne montre qu'un intérêt poli pour vos plantations et réalisations jardinesques,voici le produit qui le fera goûter immanquablement aux joies du jardinage. La solution, elle est là, devant vous sur l'image de droite. Offrez-lui un lotus en kit ! Retrouvant son âme d'enfant comme lorsqu'il montait de ses petits doigts maladroits la mitrailleuse à cadence rapide sur la maquette d'un char d'assaut des forces de libération du monde libre, il assemblera patiemment les étamines une à une avant de recréer une corolle plus vraie que nature. Si vous êtes observatrice, vous apercevrez peut-être même furtivement, roulant du coin de l’œil, une larme discrète, vite effacée d'un revers bourru.      

     Instantanés du lotus   Instantanés du lotus

     

     

     

               Alors, belle soirée et...      BONNE DOUCHE ! 

       

       

         

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires