•  

    Septembre

     Septembre, c'est le bel épilogue de la saison chaude. Les jours restent chauds mais la douceur s'installe plus tôt en fin d'après-midi. L'eau n'est pas souvent là mais le jardin se débrouille quand même avec la manne chichement octroyée. 

                    Septembre      Septembre

    J'ai appris de mon voisin que les Asters s'appelaient aussi "Marguerites des vendanges". Ça me plait assez cette appellation viticole ! 

    Septembre

     

    Septembre

     

                Septembre     Septembre

     Enfin ! Des dahlias épargnés par les escargots et autres limaçons. C'est bien la première fois que je vois à quoi ils ressemblent autrement qu'en photo. Aurais-je trouvé la parade infaillible ? A voir...

    Septembre

     Maïs grillé... sur pieds.

    Septembre

      

    Septembre

    Le star system ne l'intéresse pas. Doit-on l'en blâmer ?

    Septembre

     

    Septembre

     J'admets que c'est peu lisible au premier abord. Au second aussi d'ailleurs !

    Septembre

     

    Septembre

     Des fruits !

    Septembre

     

    Septembre

    Dans les Landes, les champs de maïs sont fleuris afin d'agrémenter les promenades champêtres des derniers estivants. Faut dire qu'un champ de maïs nature, c'est pas bien réjouissant. 

    Septembre

     

    Septembre

     

    Septembre

     Camellia Sinensis. Early blossoming.

    Septembre

     

    Septembre

     

    Septembre

    La prochaine fois, je vous parlerai de cet endroit. Oui, il me semble que c'est ce que j'ai prévu. Bon, on verra bien...

    D'ici là, portez-vous bien.


    10 commentaires
  •  

    C'est arrivé près de chez nous

     J'ai fait de mon mieux mais pour l'accréditation, ça n'a pas été possible. Alors je vais tenter, grâce aux images officielles obtenues par des voies détournées, de vous narrer l'événement de la façon la plus exhaustive possible.

    Sur la première image, on se rend bien compte que ça se passait au bord de l'eau. A-t-on ou non taquiné le brochet entre collègues ? Rien n'a malheureusement pu être établi de façon certaine concernant cette information. Il est d'ailleurs regrettable qu'aucun des membres invités n'ait songé à poster une petite photo de famille à l'occasion de ce petit moment convivial de détente. Mais bon... c'est comme ça.   

     

    C'est arrivé près de chez nous

     Bien sûr, ce genre de rencontre comporte des aspects protocolaires qui ne sauraient être écartés au risque de paraître bien peu accueillant. Les trompettes de la Garde Républicaine, ne reculant devant aucun sacrifice pour combler les hôtes de la France, se mirent à l'eau et, sommet placé sous le signe de la préservation de la planète oblige, nous eûmes droit à une présentation soignée où le vert se taillait bien évidemment la part du lion. On remarque, sur le haut de l'image, les pompons des trois marins chargés de maintenir en équilibre la plateforme sur laquelle les musiciens avaient pris place. Petite erreur de jugement, il aurait fallu prendre des marins plus grands pour cette tâche mais bon... on ne peut pas penser à tout.  

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Des fleurs pour figurer le drapeau national. Quelle bonne idée ! Seul petit bémol, pour le bleu, on n'a pas vraiment trouvé la couleur adéquate mais bon... c'est le geste qui compte, non ?  

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Pour rester dans la thématique voulue par notre gouvernance, les services en charge de la sonorisation des différentes prises de paroles de tous les protagonistes de cette réunion au sommet avaient imaginés ces microphones végétaux qui collaient parfaitement à l'ambiance. Ils furent d'ailleurs très appréciés par l'ensemble des convives à l'exception de l'un d'eux dont je tairai le nom par courtoisie et à qui l'on dût fournir un appareil classique pour cause d'allergie au pollen. Mais bon... lui aussi, il aurait pu penser tout seul à apporter ses anti-histaminiques. 

     

    C'est arrivé près de chez nous

     Je n'ai pas eu l'occasion de pénétrer à l'intérieur de l'Hôtel du Palais où étaient logés les participants de la réunion mais des indiscrétions de couloir m'ont permis de comprendre l'utilité de ces étranges objets pendants. Sur la terrasse donnant sur la mer, un créateur très en vue dans la capitale avait imaginé ces sortes de... oui, de guirlandes lumineuses qui couraient le long de grandes structures métalliques aériennes imitant à la perfection les branches de végétaux.

    J'aimerais bien avoir les mêmes à la maison mais bon... notre terrasse ne donne pas sur la mer. Dommage.

     

    C'est arrivé près de chez nous

     Chacun de ces grands événements ayant lieu sur le sol national est l'occasion pour nos forces armées de tester les nouveautés du catalogue printemps-été de nos principaux fournisseurs en matière d'armement. Si le nom et les utilisations de cet engin furtif repéré ( donc pas si furtif que ça, ahah ! ) à proximité du lieu de la conférence ne peuvent être bien évidemment dévoilés , on appréciera quand même le bijou de technologie qui nous est présenté ici. On ne sait pas à quoi ça sert mais bon... si on nous le dit pas, on peut pas deviner ! C'est vrai, quoi ! C'est agaçant à la fin ce culte du secret. 

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Gros plan sur l'une des jambières portées par nos valeureuses forces de l'ordre. Ici encore, le liège a supplanté le bête plastique pour faire couleur locale. Moi, j'aime bien mais bon... paraît que les bestioles qui logent dans le liège, ça démange un peu. C'est possible.

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Au départ, cet arbre du parc de l'Hôtel du Palais avait été choisi comme arbre à palabres par notre Président mais bon... les autres convives n'aiment pas les histoires, le soir avant de s'endormir. Du coup, on a laissé tomber l'idée.   

     

    C'est arrivé près de chez nous

     Encore un truc furtif de nos forces armées. Y'en a partout en forêt. A quoi ça sert ? Je ne sais pas mais bon... ça n'explose pas quand on marche dessus. c'est déjà ça, non ? 

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Comme les palmiers ne poussent pas bien dans nos contrées et encore moins tout près de l'eau où les tempêtes salées leur font des feuilles miteuses, on a planté en urgence des albizias. C'est pas exactement pareil mais bon... c'est pas mal quand même. Ça fait bien vacances au soleil et tout, et tout.

    Des réunions toute la journée. Ah bon ? Mince alors... J'aurais pourtant juré... 

    C'est arrivé près de chez nous

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Ah mais là, rien à voir avec le sommet pour ces deux photos ! C'est chez nous ça. On a beau faire attention mais bon... il arrive parfois que l'on s'égare.

    Faites comme si vous n'aviez rien remarqué parce que le rédacteur de cet article est d'une susceptibilité assez lamentable. Si vous relevez ça, on n'a pas fini de l'entendre ! J'y tiens autant pas.  

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Dans le document concernant la déclaration finale du sommet, on trouve, à la page 27 du compte rendu, cette image qui ne semble pas avoir grand rapport avec le reste du contenu des discours. J'ai demandé des explications aux différents services en charge de la communication et il apparaît que cet élément fait bien partie de la dite déclaration finale et qu'il en est même l'une des pièces maîtresses. 

    Pour autant, personne n'a su m'expliquer à quoi il servait ni même quelle signification il pouvait avoir. C'est tout de même étonnant mais bon... il faut bien le reconnaître, la politique internationale, c'est pas toujours très simple. 

     

    C'est arrivé près de chez nous

     L'un des invités avait tenu à témoigner sa gratitude au maire de la ville d'accueil en lui offrant cette statue d'oiseau. Un colibri, je crois ou ce genre d'oiseau exotique. Toujours est-il que l'édile ainsi gâté se devait d'installer rapidement quelque part en ville l'encombrante bestiole et ce malgré son allure disons...un peu cheap.  Il fut donc décidé d'en faire profiter une ruelle de l'un des faubourgs un peu déshérités de la ville en vantant aux habitants de celle-ci la valeur culturelle d'un tel cadeau.

    " Je m'en fous d'ce piaf ! " aurait répondu une habitante de la ruelle. D'accord mais bon... moi je l'aime bien ce colibri. 

     

    C'est arrivé près de chez nous

    Pendant ce temps-là, à Dublin, il faisait beau mais bon... parfois, il pleut aussi. 

     


    11 commentaires
  •  

    FLEURS

     Bon, pas de plans larges parce que j'ai pas tondu ! Série pense-bête pour savoir quoi ajouter dans le futur et où. Non pas que je perde déjà la boule mais d'une année sur l'autre, j'ai quand même bien du mal à me souvenir de l'emplacement exact des couleurs et de la période à laquelle elles apparaissent. Oui, je sais, c'est pourtant facile pour nombre d'entre vous. Il arrive d'ailleurs parfois que je pense assister à une apparition spontanée à des endroits où j'ai planté l'année précédente. Je suis un bon client, c'est un fait.  

    FLEURS

    Hosta XXL. Les pluies abondantes (très) du printemps l'ont bien boosté.  

    FLEURS

    Un classique depuis que nous sommes ici. Un peu foutraque mais ça meuble bien l'endroit.  

    FLEURS     FLEURS

     La pleine saison. On profite !

    FLEURS

    Agapanthes en retard. Elles font partie de celles que l'eau ne réjouit que modérément.  

    FLEURS

     Ces Hydrangea arborescens sont des pièges à lumière. Faites l'essai là où vous en verrez, un vrai bonheur pour les photos. 

    FLEURS

     Forcément, ça marche aussi dans ce sens-là.

    FLEURS

     Et là aussi. Trop bien ! comme le disent les djeuns ( ou Cro bien ! pour les encore plus djeuns. Ce qui nous amène à nous poser la question suivante. Pourrait-il s'agir d'une confusion avec Croc blanc ? Bien, blanc. Blanc, bien. Oui, je sais, c'est peu capillotracté mais c'est la formation culturelle des plus jeunes qui est ici en jeu et rien ne doit être négligé ou traité avec désinvolture au regard de cet enjeu majeur de société comme on dit dans les bureaux feutrés de nos gouvernants. Bon alors, ça c'est fait. Si j'ai une réponse à apporter ? Ben non...pourquoi ? )  

    FLEURS

    Zorro. Non, non, je vais très bien, je vous assure ! C'est juste le nom de cet Hydrangea macrophylla. Tout ça parce que ses tiges sont noires. Pour le reste, la ressemblance avec le modèle humain ne saute pas aux yeux mais why not ?  

    FLEURS

     Ah ben oui, là, ça déchire grave la rétine !

    FLEURS

     Hémérocalles. Lys d'un jour. Bref, ça dure pas bien longtemps alors autant frapper les esprits tant qu'on tient la rampe.  Certains tiennent bien à la lumière, d'autres sont plus fragiles. A vérifier pour ne pas être déçu par certaines variétés. Des noms ? Ben non... ça ne me revient pas.

    FLEURS

     

           FLEURS  FLEURS

     J'aurais pu les associer au jardin. Mais sur une page de blog, c'est mieux que rien. 

    FLEURS

     Agapanthe et érable japonais. Classique qui fonctionne toujours. 

     FLEURS

    Hydrangea Quercifolia Amethyst. Il fut blanc mais le soleil ne semble pas vouloir lui faire grâce d'un quelconque sursis. Rosir avant de roussir, telle est son inéluctable destinée. 

     

                   Je ne sais pas qui a inventé l'ombre mais c'est une vraie bonne idée !                       Profitez-en bien ! 

     

      


    7 commentaires
  •  

    Assis sur la terrasse...

     

    Assis sur la terrasse...

     

     ..., je goûte un peu de ce repos qui succède à la journée de travail. La bouilloire usagée qui me tient lieu de cerveau à cet instant n'a pas encore jugé utile de me décharger totalement du fardeau conséquent des indispensables "nécessités du service". Pourtant, et sans que je ne fasse rien pour accélérer le mouvement,  elles se diluent peu à peu dans les méandres inconstants de mon esprit vagabond. Elles finissent d'ailleurs par complètement disparaître sans que la moindre culpabilité ne vienne troubler la quiétude nouvellement acquise. Le soleil traverse les pétales de papier vitrail de ce grenadier et c'est bien là tout ce qui accapare mes pensées du moment. 

    J'ai appuyé sur PAUSE et me suis assis dans l'un de ces fauteuils au cordage de nylon fin semblable à ceux qui sévissaient au temps de mon enfance. Dans mon souvenir, le gringalet que j'étais appréciait assez peu ce genre de fauteuil. 

    Aujourd'hui, ça va. J'ai pris du poids et je trouve ces trucs assez confortables pour m'y poser un moment. Les courses au bout du monde de l'enfance ne sont plus d'actualité ce qui me laisse quelque loisir pour y poser mon auguste séant( Le séant est toujours auguste mais ne me demandez pas pourquoi! D'ailleurs je ne connais aucun Auguste qui pourrait me renseigner.) sans avoir l'impression de manquer l'immanquable. 

     

    Assis sur la terrasse...

    C'est marrant ces fleurs de santoline. D'abord, ce sont de petits boutons bien ronds puis les ronds se mettent à bouillonner sur les bords qui en deviennent tout ébouriffés. L'art de la gonflette autonome c'est bien mais ça manque un peu de la netteté initiale. Quand on voit le fouillis alentour, pas besoin d'en rajouter. Ou alors, ou alors, c'est fait exprès ! J'aurais dû m'en douter ! Quel naïf !   

    Assis sur la terrasse...

     

    Assis sur la terrasse...

     Dans le jardin, cette plante dont j'ai oublié le nom est une invasive sans scrupules. Il parait que, dans certaines régions, des pépiniéristes en vendent. Assez élégante mais à vouloir être trop présente et partout, elle en devient vaguement crispante. Une éradication féroce a bien lieu chaque année mais le jardinier doit bien reconnaître sa défaite à chaque retour du printemps. Ça ne marche pas !

    Assis sur la terrasse...

     Chevelue, hirsute, légère ou ondulante. Stipa tenuifolia se contente de peu pourvu qu'elle ne baigne pas dans une humidité trop présente. Elle ne se ressème jamais là où on l'attend. Pas une plante pour les jardins au garde-à-vous. Définitivement pas.

    Assis sur la terrasse...

    Rose sur gris ça attire le regard. Forcément. Là où les autres se ménagent,  Anisodontea met un point d'honneur à toujours proposer de nouvelles fleurs.  Possible burn out en vue ? On ne dirait pas en tout cas.  

                 Assis sur la terrasse...     Assis sur la terrasse...

    Le fond gris a un nom . Feijoa. Des fruits verts au goût de médicament dont je ne raffole pas. Il parait que ça se vend..?  Les gros pétales charnus des fleurs ont un léger goût sucré. Garde manger des oiseaux du jardin qui viennent y farfouiller en continu à la saison qui va bien. Maintenant en fait. 

    Assis sur la terrasse...

    Ça, c'est quand j'arrête de faire la revue de détail. Même fouillis mais en plus large. 

     

    Pour les étourdis ( J'en suis ! ), ça commence demain. Déjà ?

     

    Été 2019 (Hémisphère nord).

    Début:

                                                                  vendredi 21 juin

    Fin:

                                                               lundi 23 septembre

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

    Le Jardin

     

     

    Les Rendez-vous aux jardins de cette édition 2019 nous ont conduit aux confins de la Gironde, du Lot-et-Garonne et de la Dordogne pour y visiter un grand jardin d'un hectare et demi sobrement nommé "Le Jardin". Situé à Saint-Avit-Saint-Nazaire, il est le fruit du travail d'un couple de deux passionnés débuté il y a un peu plus de 20 ans ( Le jardin et non pas ce couple très accueillant ! Bon, peut-être bien aussi mais je n'en sais rien. Et puis, comme le disaient fort justement certains humoristes distingués: "Il nous faut bien convenir que tout cela ne nous regarde pas. N'est-ce pas Jean-Mimi ? Tout à fait, tout à fait Thierry ! Et je dirai même plus, tout cela ne nous regarde pas!" ). Alors, après cette digression sans relief voulue par le rédacteur inepte de ce billet et pour en revenir enfin à nos moutons ( fictifs, cela va sans dire ), seule la partie au bout du jardin est plus récente et elle présente, de ce fait, un visage assez différent de celui du reste du domaine. 

    Le jardin, dans sa partie"ancienne", est assez ombragé et l'on y chemine sous les feuillages très divers de variétés choisies pour leurs couleurs ou la beauté de leurs feuilles. La lumière qui filtre au travers de ceux-ci vient apporter des éclairages tout en nuances qui concourent eux aussi à l'agrément de la promenade. 

    Peu de fleurs à l'exception de la parcelle récemment acquise mais on ne vient pas ici pour cela même si cette partie est traitée avec autant de soin que le reste du jardin. Le plaisir vaut surtout par la déambulation paisible dans un espace boisé joliment planté et agrémenté de pièces d'eau qui en ponctuent agréablement le parcours. Les amateurs de jardins d'ombre ( et de mi-ombre aussi parce qu'on ne s'y retrouve quand même pas au cœur d'une obscurité telle qu'il y faille, pour le parcourir, s'y munir d'une lanterne dûment allumée. Lanterne allumée ? Ben oui et au reste, de quel secours une lanterne éteinte nous serait-elle ? ) y passeront, à coup sûr, un très agréable moment comme ce fut le cas pour nous. 

     

    Le Jardin

     

                       Le Jardin     Le Jardin

       

    Le Jardin

     Une partie du jardin a été dévolue aux bambous qui y prospèrent sous divers coloris.  

    Le Jardin

        

    Le Jardin

     

                       Le Jardin          Le Jardin

     Tout au bout du jardin dans la nouvelle parcelle

    Le Jardin

     

    Le Jardin

     

                           Le Jardin     Le Jardin

     

                          Le Jardin     Le Jardin

     

      Le Jardin

     

    Le Jardin

     

    Le Jardin

    L'Abutilon, dans l'ombre légère des feuillages, c'est pas mal, non ?

    Si,après les plaisirs du vin, vous souhaitez vous offrir ceux d'une promenade rafraîchissante au cœur de l'été, c'est par  qu'il vous faut chercher. 

     

     

    La prochaine fois, on revient à la maison pour quelques images d'ici. Ben oui, ça fait un moment... 

     


    6 commentaires
  •  

    Mount Usher Gardens

     

     

    One of Monty Don's Top 10 gardens. Bon, quand on lit ça sur la pub du lieu, on se dit qu'on va passer un bon moment si on ne nous prend pas pour des jambons. Etre pris pour un jambon ? Ben oui, j'admets que ça parait peu probable au vu de nos différences morphologiques assez prononcées mais sait-on jamais? Sur un malentendu, tout est possible... Bref, et pour couper court à toute poursuite de ces élucubrations oiseuses, c'est bien un Top 10 garden, according to me of course. 

    Le jardin s'étire de part et d'autre d'une rivière paisible avec pour fil rouge, des arbres remarquables dont on pourra essayer de retrouver l'espèce. Malgré des connaissances assez parcellaires en dendrologie, notre score ne fut pas trop ridicule et le plaisir de déambuler au milieu de sujets déjà bien bâtis n'en fut qu'augmenté.

      

                 Mount Usher Gardens          Mount Usher Gardens

    Si le printemps n'était pas encore à son apogée dans l'est de l'Irlande, le jardin présentait quand même un visage très avenant. 

     

    Mount Usher Gardens

     

                    Mount Usher Gardens         Mount Usher Gardens

      

                                                                             Mount Usher Gardens

     

                 Mount Usher Gardens        Mount Usher Gardens

        De magnifiques eucalyptus rencontrés au gré de notre déambulation. Le climat de                              l'Irlande semble leur seoir à merveille. 

     

                 Mount Usher Gardens        Mount Usher Gardens     

               

                         Mount Usher Gardens

     Hydre de Lerne

     

                Mount Usher Gardens       Mount Usher Gardens

     

                Mount Usher Gardens       Mount Usher Gardens   

                 Cette année, nous avons redoublé notre printemps. Je ne serais pas contre un                           triplement, un peu comme au Scrabble finalement. 

                      

                                   Mount Usher Gardens

              

                                   Mount Usher Gardens

     

                                   Mount Usher Gardens

     

                       Mount Usher Gardens

     

                       Mount Usher Gardens 

      

                                   Mount Usher Gardens

                       J'y reviendrais volontiers en été. Pas vous ?  

                                                     En attendant, pour en savoir plus, c'est par

     

     


    8 commentaires
  •  

    Powerscourt Estate Gardens III

     Beaucoup moins spectaculaire que les deux précédents articles mais c'est sans doute dû au fait que des arbres fussent-ils imposants et magnifiques comme ceux rencontrés dans ce parc, on ne peut malheureusement pas rendre leur majesté comme ils le mériteraient, le recul pour les appréhender dans toute leurs dimensions n'étant pas suffisant. Et pourtant, y'a de la place ! Alors, une décision s'impose: venir vous rendre compte par vous-même !

     

                        Powerscourt Estate Gardens III    Powerscourt Estate Gardens III

    Ce rhododendron, à droite, offrait une floraison et un feuillage plutôt sympathiques l'un comme l'autre. Rhododendron Nuttallii est son nom. Pas trouvé de revendeur en France. Si quelqu'un a une idée ? 

     

    Powerscourt Estate Gardens III

    Sequoia pépère. Le bon pépère quand même.  

     

    Powerscourt Estate Gardens III

    Fleur du rhodo. Gorgeous ! 

     

    Powerscourt Estate Gardens III

    Vraiment trop tentant. On aurait fait la même chose au même âge. Non, je n'en ai pas ramassé comme cette petite fille. Gros regret ! 

     

    Powerscourt Estate Gardens III

     

    Powerscourt Estate Gardens III

    Les britanniques mais aussi les Irlandais aiment assez ( beaucoup ) ces accords de couleurs plutôt... comment dire ? Affirmés ?

     

    Powerscourt Estate Gardens III

     Ce type qui court tout nu sur la pelouse, ça s'appelle un streaker mais habituellement, ça se passe dans un stade. Shocking, I say !

     

    Powerscourt Estate Gardens III

     

    Powerscourt Estate Gardens III

     

    Powerscourt Estate Gardens III

        La porte est ouverte. L'invitation à entrer ne vous procurera que du bien-être.      It's time now to discover it by yourself. 

     

     

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires