• Visite dans le Gers

    Je ne vais pas vous raconter le Gers ni même vous faire un exposé savant sur le jardin de Renée. Si nous revenons visiter les lieux, c'est pour y admirer les graminées du jardin au mieux de leur forme. Le soleil va jouer les filles de l'air très rapidement et la végétation, loin de s'éclipser elle aussi, va enfiler son costume d'automne et c'est sous cet aspect différent que vous la découvrirez tout au long de cet article. 

    Entêoulet a accédé à la notoriété mais, chose rare et appréciable, le lieu et sa jardinière ont su conserver les pieds sur terre pour nous offrir, à nous visiteurs, un vrai jardin qui vit et qui, loin de vouloir coller à une quelconque mode de circonstance, a su préserver une authenticité bien plus édifiante que de longs discours.

    Ici contrairement à ce nous avons pu vivre ailleurs, les graminées ne sont pas mises en scène selon des préceptes pseudo-artistiques étayés par un discours dont la platitude le dispute à la relative insipidité de la réalisation. Ici, ça vit et ça respire la santé. On peut ou non aimer "les herbes" comme les qualifient certains visiteurs un brin déboussolés, en tout cas, le propos est sincère et ce jardin nous touche autant par sa beauté que par toutes les valeurs qu'il véhicule et que l'on ressent lors de la visite.  

    Nous avons fait une partie de notre promenade en même temps que des enfants, venus en groupe. Ça piaille, ça court partout, ça se perd dans les allées mais c'est aussi fait pour ça un jardin. Pas un musée en plein air, pas une cour de récréation mais quelque chose entre les deux peut-être. Un endroit où il fait bon vivre. En tout cas, chapeau à la jardinière pour sa générosité. Voilà, c'est fini pour les fleurs ( méritées ! ) parce que, saison oblige, elles commencent à s'éclipser doucement. Alors, je vous laisse avec les vedettes du jour, les graminées. Mais pas que...

     

    Le jardin d'Entêoulet

    Il fait beau mais vous allez vite constater que ça ne va pas durer. Un jardin qui saura nous captiver dans la grisaille n'en sera que plus agréable en pleine lumière. Ici, vous constaterez que ça fonctionne, même dans le gris.

     

    Le jardin d'Entêoulet   Le jardin d'Entêoulet

    La maison du petit cochon de l'histoire ne possédait pas de tels murs de paille. Tant mieux parce que sinon, l'aventure aurait tourné court. Non, non, le fauteuil ne lui appartenait pas non plus. 

     

    Le jardin d'Entêoulet

               Les cigales avaient plié boutique. Un peu trop frais peut-être. Restent le bruit de l'eau et les carpes qui nagent                              paresseusement vers nous, bouche ouverte en quête de quelque petit supplément au repas.

     

            Le jardin d'Entêoulet

     

            L'équilibre de cette scène m'a vraiment scotché. Moi qui goûte pourtant modérément les jardins secs.

     

    Le jardin d'Entêoulet 

              Une de mes scènes préférées. Un petit air de campagne toscane.

     

            Le jardin d'Entêoulet

     

            De l'autre côté de la route commence un autre jardin.

     

    Le jardin d'Entêoulet   Le jardin d'Entêoulet

    Ne me demandez pas le nom de ces merveilles, allez plutôt consulter les albums Facebook de Renée qui sauront bien mieux que moi éclairer votre lanterne et satisfaire votre curiosité.  

     

    Le jardin d'Entêoulet

               Composer avec les vieux arbres du verger, un challenge qui demande pas mal d'imagination.

                                                                                                                                                                                            

    Le jardin d'Entêoulet

               Pour ceux qui douteraient encore de la diversité des coloris proposés par les graminées.

     

    Le jardin d'Entêoulet

               J'adore la couleur vert jade du grand bassin. Finalement, ce ciel tristounet n'a pas que des inconvénients.

     

    Le jardin d'Entêoulet

            Y'a pas de secret, faut vraiment se mettre à quatre pattes pour faire la photo ou bien il faut être doté de bras                                 hypertrophiés. Même si ça m'aurait bien aidé dans le cas qui nous intéresse,  je reste cependant plus réservé quant à                 une utilisation quotidienne.  

     

    Le jardin d'Entêoulet

             J'avoue que, de prime abord, je n'étais pas trop convaincu par les pelles. Eh bien, j'avais tort. Comme quoi, il n'est                      jamais trop tard pour changer d'avis. 

     

    Le jardin d'Entêoulet

           C'est vrai qu'un coin de ciel bleu aurait mis un peu de pep's dans l'image mais les flocons des Gauras font  que la grisaille          n'a pas encore gagné la partie. 

     

    Le jardin d'Entêoulet

    Voilà, la promenade s'achève. Bien sûr, il y a bien d'autres trésors à découvrir ici mais faire un choix, c'est forcément   subjectif. Alors, si ce n'est déjà fait, venez rendre visite à Renée. Vous serez extrêmement bien reçus et vous éprouverez, j'en suis sûr, autant de plaisir que nous en avons eu lors de cette déambulation tranquille dans les allées du jardin d'Entêoulet. Et pour finir, ...

    UN GRAND MERCI A LA JARDINIÈRE ! 

     

    L

     


    12 commentaires
  • Changement d'heure

    Bon. Les aiguilles ont changé de position mais le décor au lever n'a pas semblé en faire grand cas. L'automne poursuit son petit bonhomme de chemin. Humide mais pas très froid encore. 

       

     

     

    Café sur la terrasse. Le rosier qui l'ombrage ne daigne même pas faire semblant de jaunir. En fait, ça m'arrange parce que les feuilles à balayer, c'est un peu pas trop ma tasse de thé.

    Le liquidambar fait le malin. Toutes les feuilles allumées à la fois. Faudra pas pleurer quand la note d'électricité va arriver. Encore un qui ne se soucie guère de la COP21 ! 

     

     Changement d'heure   Changement d'heure

     

     

    Le Cornus est lui, passé en mode écarlate. Un feu de joie au milieu de la pelouse. Rentable le Cornus pour signaler des travaux, seul bémol, ça ne fonctionne qu'en automne. Si vous êtes intéressé, renseignez-vous auprès de votre pépinièriste favori pour plus de précisions sur les dates de la fenêtre "coloration-signalisation". 

    Changement d'heure   Changement d'heure

     

     

    Pour des fonds colorés à peu de frais, l'automne c'est vraiment le moment de l'année à ne pas manquer. Pensez juste à planter en fonction de ce rideau très accommodant. Et le reste de l'année ? Eh ben, je sais pas moi. Y'a qu'à mettre une bâche colorée ou un panneau du genre " Prière de bien vouloir patienter jusqu'au ... octobre. Merci de votre compréhension." ou bien " Cave canem" mais ça n'a rien à voir. 

     Changement d'heure

    Changement d'heure   Changement d'heure

     

     

    Le recyclage des Chrysanthèmes dans les massifs permet d'offrir à ces jolies fleurs une utilisation un peu moins connotée. Notez quand même que je fais comme tout le monde à la Toussaint.

      Changement d'heure 

     

    En automne, on s'extasie volontiers devant le feu d'artifice jaune, orange et rouge, dernière station en couleur avant le couvre-feu hivernal. D'accord, c'est mérité. Pourtant, il reste d'autres attraits un peu plus plus discrets au jardin. Avec, par ordre de montée sur le podium, un petit nouveau ici, le Rhododendron Stenopetalum Linearifolium suivi de près par les cosmos partis pour passer l'hiver avec nous. Ferment la marche les capucines pas plus pressées que ça de tirer leur révérence. On avait pourtant convoqué la brume ce matin-là. Même pas froid !

    Changement d'heure   Changement d'heure

      Changement d'heure

     

     

     

    Les dahlias, eux aussi, participent au "Final Run". D’août à novembre, ils offrent leur velouté incomparable et leurs nuances délicates pour peu qu'on ait su choisir les bonnes couleurs à l'achat en dépit de photos parfois un peu pas trop fidèles. Et puis, il y a ceux de semis que l'on plante sans trop savoir quelle couleur ça va donner. Roulette russe. Quand c'est perdu, ça peut être un peu border line. Restent, au choix, l'argumentaire Great Dixter (pas convaincant parce que c'est forcément moins bon) ou la décapitation pure et simple pour ceux qui ont le sécateur qui ne tremble pas dans le petit matin forcément sombre et venteux.  

      Changement d'heure  

    Changement d'heure   Changement d'heure

     

     

    En N&B, on cerne mieux les volumes, les nuances, les textures et même les couleurs ( Bon d'accord, du gris clair au gris foncé ). Pratique pour réaliser des accords et repérer les zones un peu fades. Vous pouvez faire la même chose en fermant légèrement les yeux face à la scène à étudier ( de dos, c'est un peu plus compliqué. Faut un rétroviseur. On n'en a pas toujours un sur soi. Et puis, les yeux, pas complètement fermés parce que là, ça devient franchement pas évident. Mais c'est vous qui voyez. Enfin, non mais vous avez compris).

     Changement d'heure   

     

    Bon, parfois quand même je pose l'appareil pour remuer un peu de terre. L'occasion de juger des mérites comparés de nos outils et de la pertinence de leur acquisition. Alors, comment dire ? Celui qui est planté à droite est complètement hors sujet pour le job qui nous occupe ce jour. Sortir la souche, complète si possible, d'un Millepertuis très envahissant. La bêche à dents aide bien quand c'est presque fini pour soulever. Oublié le manche en bois pour cet outil. J'en ai cassé trois ou quatre. Reste la pioche même si on ne travaille pas dans la précision absolue. Juste éviter de tomber sur une racine trop grosse parce que le rebond est plutôt saisissant. En clair, faites au mieux avec ce que vous avez. It's always a mess. 

    Changement d'heure

     

     

     Special thanks to Mark Knopfler, Young Dubliners, Dexys Midnight Runners, Emmylou Harris et L.E.J. for their musical support.

    Ils ont aussi contribué à me faire écrire deux fois cet article , trop occupé que j'étais à battre la mesure au point de confondre touche de piano et touche retour en arrière. Pas doué le gars !

    Bonne semaine, je vous souhaite de 

    VOIR LA VIE EN COULEUR.

     

     

     

     


    12 commentaires
  • Mon cher Maurice,

    tes protégées sont arrivées à bon port et ont rejoint leur emplacement ce matin. Actuellement, elles expérimentent leur première nuit sous les étoiles landaises. 23°C aujourd’hui, je leur ai mis de la crème à bronzer. Très content d’avoir eu l’occasion de faire un brin de causette avec toi dans la campagne girondine et encore merci. Une fête des plantes dans un cadre très hype avec de jolies plantes présentées. C’est l’essentiel, non ?

     

    Plantations

    Le Viburnum (com) Huron va se décider à rougir, je l’espère. Sinon, il faudra que je donne de ma personne pour qu’il s’exécute. J’aimerais autant pas. J’imagine les voisins et puis, je risque la pneumonie sur ce coup-là. Pourvu qu'il soit conciliant !

    Plantations

    Le Cornus a fait le tour du jardin dans les bras indécis de ses nouveaux adoptants. Et puis, le déclic et on pose. Fin du tour de manège.
     
    Bonne fin de dimanche à toutes et à tous et bon retour dans le Rhône pour Maurice. Pas la porte à côté.
     
     
     
     
     
     
     

    4 commentaires
  • Florilège de septembre

    En septembre, cette année, le jardin avait quartier libre. Pas trop de temps à lui consacrer et forcément, ça manque un peu de tenue. On se balade en dehors des massifs, on s'affale sans vergogne sur le voisin en accusant la pluie d'avoir alourdi les branches. On monte en graine sans crier gare. Bref, tout ça sent l'automne et l’exubérance potache du dernier tour de piste de la saison. 

    Florilège de septembre

    Même le photographe se laisse aller à tenter des formats photo qu'il ne maîtrise pas du tout. En tout cas, ce vieux Lubitel a de beaux restes même si, pour la mise au point, la presbytie n'est pas vraiment un atout. Dans ce cas, le cliché est complètement tributaire d'un bon gros coup de chance. 

     

      Florilège de septembre   Florilège de septembre

    Ce dahlia est certes très séduisant mais imaginez le travail chaque matin pour déplier les pétales un à un. La prochaine fois, j'étudierai plus sérieusement le descriptif pour éviter de réitérer pareille mésaventure. Pour le géranium, même froissé, l'habit reste présentable et puis, avec le fer à repasser, c'est trop fin même pour le programme "synthétique". 

     

      Florilège de septembre   Florilège de septembre

      Florilège de septembre   Florilège de septembre

     

    On prend le soleil pendant qu'il en est encore temps. On fait dans la transparence et la légèreté.

    La dernière image nous permet d'assister à une représentation dansée. En effet, les anémones et les cosmos sont, malgré leurs robes plutôt sages, des noctambules acharnées qui fréquentent les boîtes de la prairie bien plus que de raison. Vous assistez sur l'image à un pas de deux, toutes voiles dehors, qui provoque la réaction admirative d'un public composé pour une grande majorité de boutons non encore éclos, abasourdis par tant de hardiesse et d'élégance.

      

      Florilège de septembre

     

    L'avantage des cosmos, c'est qu'ils permettent de maintenir l'illusion d'un fleurissement de bonne tenue. Le vent a quand même créé un ordonnancement tout personnel qui nécessite de la part du photographe quelques contorsions plus de son âge pour obtenir un cadrage pas trop border line. 

     

    Florilège de septembre   Florilège de septembre

    Le cerisier prend de l'avance sur l'automne. Une habitude un peu tristounette parce qu'il se déplume à vitesse grand V. Le lys crapaud, Tricyrtis de son petit nom, ça c'est une plante bien sympathique qui fleurit sans discontinuer depuis début août je pense. Discrète, je vous l'accorde mais pas plus qu'un Epimedium au mieux de sa forme.

     

      Florilège de septembre

    Jour de pluie. Vous remarquerez que certains asters ont légèrement replié les baleines de leur corolle, dans le but sans doute d'améliorer leur coefficient de pénétration dans l'air. On peut aussi dire qu'elles sont en train de faner mais bof...

     

      Florilège de septembre  

    Hydrangea Paniculata Vanille Fraise tendance framboise et, pour la vanille... ben, je crois bien qu'elle a fondu.

     

    Florilège de septembre   Florilège de septembre

    Un peu le fouillis maintenant avec ce qui fane mais j'aime bien ce sedum qui vient revitaliser une partie un peu défleurie tout en gardant, lui, une structure bien groupée. Ce qui n'est pas le cas des dissipées d'à côté.

     

      Florilège de septembre

     

    Septembre comme serpent. Celles et ceux qui ont un chat connaissent bien ces offrandes sympathiques fièrement rapportées à la porte de la maison. Celle-là est une couleuvre verte et jaune ( Hierophis viridiflavus ), une jeune qui n'a guère suscité l'intérêt de notre matou parce qu'elle ne semblait pas décidée à jouer. Elle a donc pu regagner son abri de pierres sèches assez vite et sans trop de dommages hormis un petit bout de queue croqué juste pour l'anecdote. 

    BON WEEK END


    9 commentaires
  • Kew Gardens 2

    Comme promis, on prend l'air dans les allées de Kew.

      Kew Gardens 2

     Une perspective impressionnante. En noir et blanc parce qu'en couleur, ce gazon grillé, c'est vraiment trop                  déprimant.

     

      Kew Gardens 2

     "Reclining Mother and Child" 1975-76                                                                                                                                                    Henry Moore au milieu des grands espaces gazonnés, une raison de plus pour se déplacer jusqu'ici.                                                

      Kew Gardens 2   Kew Gardens 2

      Des massifs très toniques au sortir d'un sous-bois rafraîchissant mais sans images. Ben oui, les tuyaux d'arrosage étaient dans le champ ( de vision of course et non de courses. Vous suivez ? C'est très mauvais, je l'admets. )

     

       Kew Gardens 2

     Kew Gardens n'est pas qu'un grand parc jardin. Des espaces plus intimistes s'y cachent dans des clos fermés par des murs de briques sombres.

     

      Kew Gardens 2   Kew Gardens 2

    Un Penstemon vraiment craquant et une association où la légèreté vaporeuse du blanc des pavots allège le velours cramoisi des Heleniums ( ? )

     

      Kew Gardens 2   Kew Gardens 2

    Au rayon des curiosités, une clématite chinoise mais sans son petit nom, dommage. Et puis, le Wollemia Nobilis         ( -The Wollemi pine was known only from fossils until 1994 when it was found growing in a rainforest gorge in Australia. - source Kew Gardens ) que les responsables du jardin tentent d'acclimater en Angleterre, avec succès jusqu'à présent. Des spécimens sont commercialisés à la pépinière afin de récolter les fonds nécessaires à la préservation des exemplaires encore présents dans leur milieu naturel mais aussi pour contrecarrer les spéculations inhérentes à la commercialisation de cette espèce rare.  

     

       Kew Gardens 2

     L'écolier anglais, indifférent à la canicule qui l'accable, poursuit sa visite, toujours impeccable dans son uniforme scolaire. Bon, le(la) dernier(ère) semble ne plus trop y croire c'est d'accord. Défaitiste relégué(e) en queue de peloton par un groupe sans états d'âme. Dura lex, sed lex.

     

       Kew Gardens 2

      Kew Gardens 2  Kew Gardens 2

     Kew Gardens, ce sont aussi des espaces thématiques classiques. Avec, dans l'ordre, un jardin méditerranéen, un espace plus formel de buis taillés, un jardin d'inspiration japonaise et d'autres non présentés comme le potager, le jardin de graminées, la rocaille, etc... 

     

      Kew Gardens 2   Kew Gardens 2

     The Treetop Walkway vous conduira sur la canopée et vous offrira quelques échappées aériennes sur le jardin. Accessoirement, mais ce n'est pas un plus, vous y verrez et y entendrez encore mieux les avions qui viennent atterrir à Heathrow Airport, à quelques trop proches encablures de là. C'est le seul petit couac qui gâche un peu la visite d'une partie du parc. Ceci dit, si vous projetez l'achat d'un avion de ligne, vous bénéficierez d'un défilé assez exhaustif des différents modèles en circulation à l'heure actuelle et votre choix pourra être fait en toute connaissance de cause. 

    Bon, l'important reste reste quand même ce qui nous réjouit l’œil en regagnant le plancher des vaches, comme ces lys par exemple. Bref, Kew Gardens vaut vraiment le détour et ce, en toutes saisons. 

     

    BONNE FIN DE SEMAINE

     

     


    2 commentaires
  • Kew Gardens 1

    Welcome to London ! 

    Kew Gardens  Kew Gardens

    Des grues, the London Eye, Houses of Parliament, Big Ben. Pas vraiment vert tout ça. 

     

    Kew Gardens  Kew Gardens

    Là, c'est déjà mieux avec Hyde Park, même si la pelouse est un peu fatiguée par un soleil trop fringuant en ce début d'été. A l'ombre des grands arbres, on peut venir y écouter quelques orateurs assez téméraires pour s'emparer du Speaker's Corner juste à côté de Marble Arch.  

     

     Kew Gardens  

    Regent's Park et ses sports pitches. Tenue correcte exigée pour pratiquer un jeu dont les règles ne semblent compréhensibles que pour des gens ayant eu l'opportunité de naître dans le coin . On respire et, pour le vert, la perspective commence à être assez conséquente. On en oublierait presque qu'on est en pleine ville.

     

     Kew Gardens

    La demeure appartient à une dame dont je me suis laissé dire qu'elle avait une certaine aura dans le pays. En tout cas, son jardin est tiré à quatre épingles et elle doit y consacrer pas mal de temps. Elle était bien à Londres ce jour-là mais nous ne l'avons pas croisée. Sans doute devait-elle être sortie faire ses courses. En tout cas, devant les grilles, des gens l'attendaient, sans doute pour des conseils jardinage. Je ne saurais dire si elle passe souvent à la télévision pour ça.

    Bon, tout ça, c'est bien beau mais ce n'est qu'un avant goût de ce que Londres peut offrir en matière de parc jardin. Alors direction Kew, un peu plus à l'écart encore de la City. Accessible en métro quand même mais vérifiez que votre ticket couvre bien cette zone ou que votre Oyster Card est assez chargée. 

     

     Kew Gardens

    Here we are ! Kew, ce sont bien sûr les immenses serres dédiées aux plantes exotiques. De grosses structures joufflues et débonnaires dans lesquelles les gens du cru viennent s'acclimater aux moiteurs tropicales avant de mettre leurs pas dans ceux du célèbre Docteur Livingstone, du moins je présume. La confrérie des laveurs de carreaux a, quant à elle, établi ses bureaux dans le voisinage. Plein emploi garanti.

     

    Kew Gardens  Kew Gardens

    Kew Gardens  Kew Gardens

    La serre n'est pas très grande mais le plaisir de la contemplation y est au moins inversement proportionnel. Je ne connais pas le nom de ces magnifiques nénuphars tropicaux mais si Kew vous paraît un peu loin pour assister au même spectacle, la pépinière jardin de Latour-Marliac en expose certains dont vous pourrez aussi faire l'emplette sur leur site. Malheureusement, je n'ai pas d'adresse à vous proposer pour les grands moules à tarte verts. Sorry ! 

     

      Kew Gardens

     Ici, les guirlandes des belles exotiques nous rejouent Noël en plein été. 

     

      Kew Gardens

    Je ne suis pas un grand fan des plantes de climat aride gardées en serre mais je dois avouer, qu'en l'espèce, cet espace présentait des sujets remarquables. Quand même un peu étouffant là-dessous en été.

     

      Kew Gardens

    Une alternative pleine de piquant aux buis ou autres Lonicera pour réaliser vos topiaires. 

     

    Kew Gardens  Kew Gardens

    Un dernier truc qui pique parce que la fleur est vraiment trop belle. Téléobjectif obligatoire à moins que vos talents de fakir ne vous permettent de tenter une macro. Après ces images indoor, promis, la suite se fera sous le soleil. D'ici là, ...

     

    ESSAYEZ DE PASSER ENTRE LES GOUTTES !

     

     


    8 commentaires
  • Concours de jolis commentaires à Great Comp Garden 

    Ben oui, j'avais carrément oublié tout un dossier. Alors, parce que j'avais quand même un léger doute sur le nombre de photos prises ce jour-là, j'ai vérifié et... il en manquait pas mal. Donc, pour rendre justice aux gens qui le font vivre,  j'ai ajouté ces photos qui donnent une image plus exacte de ce qu'est vraiment ce jardin.

    Et ce sera une histoire sans paroles pour profiter du cadre. Enjoy !

     

    Great Comp Garden: Bonus   Great Comp Garden: Bonus 

    1                                                                                                         2

      Great Comp Garden: Bonus 

      3

    Great Comp Garden: Bonus   Great Comp Garden: Bonus 

    4                                                                                                         5

     Great Comp Garden: Bonus 

     6

    Great Comp Garden: Bonus   Great Comp Garden: Bonus 

    7                                                                                                        8

      Great Comp Garden: Bonus 

     9

     

    Great Comp Garden: Bonus   Great Comp Garden: Bonus 

    10                                                                                                                                                           11

     

      Great Comp Garden: Bonus 

     12

     

    Great Comp Garden: Bonus   Great Comp Garden: Bonus 

    13                                                                             14

     

      Great Comp Garden: Bonus 

     15

     

    Comme vous l'avez remarqué, l'auteur de cet article ne s'est pas trop fatigué en se dispensant de tout commentaire sur les images présentées. Je vous propose donc, si cela vous fait plaisir de relever le niveau de cet article en commentant la ou les images qui vous touchent le plus en en indiquant le numéro. S'il n'y en a pas, ben forcément, vous ne ferez pas beaucoup mieux que moi. Qu'on se le dise, tout le monde gagne... la reconnaissance éternelle du lamentable rédacteur de ce blog, actuellement en panne d'inspiration.

    Alors, ...

    A VOS CLAVIERS


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique