•  

    ... sur le sable ? Non pas encore parce que les seaux et les pelles, même s'ls ne sortent plus que le week end, sont toujours là, profitant du soleil gaillard pour continuer à faner tranquillement leurs plastiques autrefois rutilants. 

    Par contre, dans le jardin, ça patine plutôt fort. On ne remonte plus avec la même allégresse une pente devenue trop savonneuse et l'automne sec a fait son entrée avec quelques longueurs d'avance. Rien d'inhabituel ici puisque septembre est le mois le plus sec de l'année et qu'il accélère la fanaison chaque fois qu'il se met en ordre de marche. Dont acte.

    Seul léger problème. Nous n'avons pas trouvé encore la parade adéquate à cet état de fait et le jardin est un peu moche, plutôt moche serait plus près de la vérité d'ailleurs. Va falloir se creuser la cervelle pour soit apporter une irrigation suffisante ( pas évident en ces temps de pénurie ) soit adapter toujours plus les plantations au climat ambiant. nous avons commencé à expérimenter mais c'est forcément un peu long. A suivre donc. 

    David contre Goliath 

     

    Renversant, n'est-il pas ? 

    Et puis, et puis.... Ne modifiez pas les réglages de votre écran, ces images sont réellement en noir et blanc. 

     

    Une des rares vues acceptables du jardin. L'arbre tout nu à l'arrière plan est un cerisier. Très vilains chez nous en fin d'été les Prunus en général. La faute à des racines trop superficielles. Même constat d'ailleurs pour les bouleaux qui ne passent quasiment jamais par la case couleurs d'automne. Dommage ! 

     Les persicaires, c'est du costaud même si on atteint là leurs limites. Sedums sans soucis. 

    Liquidambar défaitiste. Doit se reprendre en main. On compte sur lui.  

                                                                  

     Fougères et bégonias en tête des satisfactions du moment C'est déjà ça !

    Au moins, pour le poivre, la quantité est là. Y'a quand même des choses qui fonctionnent bien et on s'en contente. 

    L'éternelle histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. Le second est plus réjouissant me semble-t-il et je le lève à notre santé. 

     

    PASSEZ UNE BELLE SEMAINE !


    4 commentaires
  •  

    Jardin exotique de Roscoff

    Tout au bout de la plage, à l'est de Roscoff, juste après le port, le jardin exotique a débordé sur la plage, sans doute décidé lui aussi à profiter des joies balnéaires. Dans les années 70 ( quand l'autre siècle était encore de mise ) un promoteur vantait les mérites de marinas pieds dans l'eau. La mode est passée (?) mais les plantes ont peut-être, elles aussi, ce genre d'envie. Pourquoi pas après tout. 

    Jardin exotique de Roscoff

     Sec oui mais finalement pas trop. On ménage nos repères nordiques. 

    Jardin exotique de Roscoff

    Un eucalyptus n'est jamais décevant. En tout cas, je n'en ai jamais rencontré que d'inspirants. 

    Et ça vous inspire quoi ?

    - Comme ça, à brûle-pourpoint, je sais pas. Faut voir.  

    - Bref, encore de la com', toujours de la com'. Serait-ce l'époque qui veut ça ? 

    Jardin exotique de Roscoff

    "Qui s'y frotte s'y pique" vaut bien "Honni soit qui mal y pense".

    Oui, oui, oui... C'est n'importe quoi là ! 

        Jardin exotique de Roscoff         Jardin exotique de Roscoff

                                                                                                               A saisir, roche tarpéienne état neuf. Jamais servie. 

                                                                                                                 Glups !

     

    Jardin exotique de Roscoff

     

    Jardin exotique de Roscoff

      

           Jardin exotique de Roscoff       Jardin exotique de Roscoff

     

     

    Jardin exotique de Roscoff

     Comme à la parade.

    Jardin exotique de Roscoff

     

    Jardin exotique de Roscoff

    Des couleurs qui ne font pas semblant. Pas exactement la gamme layette ( Je n'ai rien contre ! ) mais le plein soleil s'en accommode plus aisément et ne les fane pas aussi prématurément. 

     

    Jardin exotique de Roscoff

     

    Le soir, le soleil se couche et c'est beau disait un humoriste de l'autre siècle ( encore ! ) et il ajoutait, le matin, le soleil se lève et c'est beau aussi. C'est d'accord mais on ne peut tout de même pas rester là toute la nuit à attendre. Ah si ? Bon.

    Alors, si vous aussi , vous souhaitez assister à ce spectacle unique, c'est par  et pas ailleurs !  

     

        


    2 commentaires
  •  

    Le jardin Georges Delaselle

     

    Le jardin Georges Delaselle

    Pour ce jardin comme pour quelques autres, on joint l'utile à l'agréable en s'offrant avant la visite une petite excursion en mer. Il s'agit ici de rejoindre l'île de Batz à quelques courtes encablures de Roscoff. Bon, pas sur les bateaux illustrés ici parce que le premier ne comporte qu'une cale odorante et glissante de surcroît, un goémonier, et que le second nécessitait un barreur confirmé et... je ne le suis pas. Au mieux, je pouvais tenir lieu de souffleur pour le faire avancer un peu plus vite ou servir de lest bien qu'à fond de cale, on profite assez peu des joies du paysage marin.  

                Le jardin Georges Delaselle        Le jardin Georges Delaselle

     Jardin exotique conçu et aménagé à l'orée du XXème siècle par un assureur parisien qui devait trouver là matière à s'échapper d'un quotidien bureaucratique austère. Faut bien avouer que les palmiers font un peu plus rêver que les polices d'assurance. Ben oui.Et puis une police d'assurance à contre jour même sur un fond de ciel bleu, eh ben ça restera toujours une bête police d'assurance. Oui, je m'égare. Vous avez raison. 

    Le jardin Georges Delaselle

     

    Le jardin Georges Delaselle

    Abutilon Pictum V. Thompsonii. Nous en avons rapporté un exemplaire. Assez frileux mais ça devrait aller. Au pire, on lui tricotera moufles et bonnet au p'tit bout d'chou.   

    Le jardin Georges Delaselle

     Les cyprès, c'est obligé parce que même si ce côté de l'île est bien orienté, le vent avait besoin d'être contenu. La haie a poussé et ce sont aujourd'hui de vénérables vieillards qui nous contemplent.Un peu comme les pyramides finalement enfin, à peu près.  

    Le jardin Georges Delaselle

     

    Le jardin Georges Delaselle

     

    Le jardin Georges Delaselle  Le jardin Georges Delaselle

                                       Non, pas de commentaires pour les 4 images précédentes. Elles peuvent s'en passer.                                                                                     Pas de commentaire ? Et ça, au dessus, c'est quoi sinon un commentaire qui n'en est pas un. Escroc !

    Le jardin Georges Delaselle

    Je ne sais pas s'il y a une source mais l'eau circule dans une partie du jardin un peu ombragée apportant fraîcheur et mouvement.  

    Le jardin Georges Delaselle

     On pourrait presque rejoindre Roscoff à la nage. Eh oui parce que pour ce qui est de marcher sur l'eau, j'ai beau m'entraîner, rien ne va comme il le faudrait. Doit y'avoir un truc. C'est sûr, mais lequel ?  

    Le jardin Georges Delaselle

     

    Le jardin Georges Delaselle 

    C'est beau, non ? 

     

    Alors forcément, vous allez vouloir vous y ruer. Je suis bon prince, c'est par . Pour le bateau, la nage ou la marche sur l'eau, je vous laisse choisir à votre convenance. C'est mieux.

     


    6 commentaires
  •  

    Florilège breton

     

    Florilège breton

     

    Florilège breton

     

    Florilège breton

     

             Florilège breton           Florilège breton

     

    Florilège breton

     

    Florilège breton

     

    Florilège breton

     

    Florilège breton

     

    Florilège breton

    Normalement, c'est avec des chapeaux ronds mais il a une bonne excuse, il faisait chaud.

     

                                         Forcément qu'on peut mettre un parasol sur la tête !                                                                         Ca protège aussi bien du soleil qu'un chapeau.                                       Ben oui ! Non, mais les préjugés des gens...

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

    l'île Callot. En Bretagne, on prononce le "t". Parce que oui, c'est en Bretagne et que même, c'est un fort joli endroit non loin de Morlaix. 

    Privilège des îliens. Se passer pendant la durée d'une marée de la promiscuité de leurs congénères bipèdes. Cela a bien des avantages c'est sûr mais aussi quelques inconvénients. Le tout étant de savoir de quel côté la balance penche le plus. 

    Bon, tout est photoshopé et on peut ne pas aimer ( et même le dire ! ). Un choix assumé pour coller non pas à la réalité mais à une certaine idée, très fantasmée du paysage breton du bord de mer. Une Bretagne en demi-teinte ce qui n'a sûrement rien à voir avec la vraie vie ici mais qu'importe, le propos n'est pas à la carte postale ni aux images réalistes. D'autres les déjà faites et mieux que moi. 

     

      

     

     

     

     

     

     

     

    Je me demandais en regardant ces images si arpenter une île ce n'est pas faire l'apprentissage du vide. Celui de l'immensité du ciel au regard de ces minuscules bouts de terre qui nous font croire importants. Une leçon d'humilité ? 

     

    Gna,gna,gna..., L'immensité du vide, le pastel en demi-teinte, les fantasmes marins. Tout ça c'est bien beau mais comme d'habitude, y'a pas une galette, pas un kouign amann ni une bolée de cidre à s'envoyer dans le gosier. Mossieur fait dans l'éthéré. Il plane au-dessus des contingences matérielles. Ben, c'est pas ça qui va nourrir son blog en tout cas.

    Bon, moi je dis ça.... 

     

      


    votre commentaire
  •  

    Bestioles

    Vous allez vous dire: "Le gars n'a rien à montrer de ses plantations et il nous fait encore le coup des petites bestioles prises au téléobjectif et au péril de sa vie au milieu de ce qui constitue son jardin afin de noyer le poisson." Eh ben non ! Tout faux ! D'abord, j'ai même pas eu peur ( juste un peu quand même ), je ne sais pas noyer les poissons ( Je ne souhaite pas apprendre ) et puis le jardin est tout à fait présentable. Pluie et orages en abondance cette année (well, so far... ). 

    Juste l'envie de faire une présentation loin d'être exhaustive des bébêtes qui nous rendent visite, un peu ou beaucoup, et ce au gré de leur humeur.    

     

    Bestioles

                  Bestioles   Bestioles

        Bestioles

    Bestioles

    Bestioles

    Les papillons. Difficile de les manquer. Il y en a d'autres d'habitude mais j'ai oublié de faire un mailing à temps et certains avaient déjà donné leur accord pour d'autres jardins. C'est ballot !  

     

    Bestioles

    Bestioles

    Bestioles

    Lui, je sais pas son nom mais c'est mon favori. Le gars passe son temps à faire semblant de butiner. Il s'épuise à viser des corolles qu'il ne visite même pas. De quoi se nourrit-il ? Bonne question dont je vous invite à me donner la réponse. On me susurre dans l'oreillette que certain(e)s auraient la réponse. Supputations non vérifiées à l'instant où je vous parle mais nous ne manquerons pas, bien sûr, de vous tenir informé(e)s des futurs développements de cette affaire. 

     

        Bestioles   Bestioles  Bestioles

    Bestioles

     Chez les araignées, la toile c'est comme on veut. Y'en a même qui ne savent plus s'arrêter. Et vas-y que je tisse, et encore, et encore ! A la fin, ça ne ressemble plus à grand-chose et la toile est impraticable. Ces produits dopants ou autres psychotropes, je sais pas vous mais je trouve que c'est quand même un problème. Si même les araignées s'y mettent, où va-t-on mon bon monsieur ? Notez que ça marche aussi avec "ma bonne dame" mais là n'est pas le cœur de notre propos. 

     

    Bestioles

    Bestioles

    Bestioles

    Bestioles

     Si vous avez des Hydrangea, Paniculata de préférence parce qu'au soleil, vous avez de grandes chances de croiser ce type d'individus. Pas louches, pas bruyants et pas trop bulldozer pour vos plantes. Bref, le genre de convives qu'on réinvite sans crainte. 

    Bestioles

    Bestioles

    Près de l'eau aussi, ça s'agite. Notez l'ombre destinée à impressionner le spectateur. Ca marche pas mal chez les Américains qui en font des nanars de troisième zone. 

     

                                                       Image associée    Image associée 

    Vous avez le choix ! Je n'ai pas épuisé l'iconographie disponible, loin s'en faut. ( from internet ) 

     

    Bestioles

    Bestioles

     Bad boys !

    La guêpe, si c'en est une, en approche relax sous pilote automatique.

     

    BONNE SEMAINE, BONNES VACANCES, BONNE REPRISE, BON VENT !

    Choisissez la formule qui vous correspond le mieux et faites-en le meilleur usage possible. 

     

     


    6 commentaires
  •  

    Open Space

     Espace ouvert ? Oui, l'idée c'est d"aérer un peu les cloisons entre les différentes parties du jardin. Ça pousse, c'est bien mais les petites haies du départ ont pris un peu de ventre - peut-être une alimentation trop riche ? - Qui sait ? En tout cas, trouver des perspectives sera notre prochain chantier. 

    Prise de tête assurée. On coupe ? On garde ? On raccourcit là. Ah oui d'accord mais alors ici, non parce que du coup, ...  L'intégralité du dialogue ( conséquent ) est disponible sur CD ou en podcast. Et quand, pour finir, on aboutit à un résultat agréable à l’œil, on ressent une émotion comparable à celle procurée par une victoire au jeu des petits chevaux. Enfin, je crois...

     

    Open Space

    Là, on ne va rien enlever mais plutôt en ajouter pour cacher un grillage peu esthétique. 

     

    Open Space

     Hmm, oui, les bordures sont à refaire mais je manque un peu de courage. A ma décharge, les taons sont bien présents dans le secteur ce qui m'oblige à une certaine retenue. On a les excuses qu'on peut.

     

    Open Space

     Voilà le genre de petite perspective que nous aimerions privilégier. Travail de l'hiver prochain: supprimer poteau et corde à linge. Pas maintenant ? Non parce que la terre est dure et basse dans notre midi, l'été.

     

    Open Space 

    Cet arbre aurait pu faire carrière dans le music hall. Du genre "Mon truc en plume". Je dis ça mais je ne suis pas très connaisseur alors bon... Si ça se trouve, on ne prend pas d'arbres pour ce type de spectacle.

     

    Open Space

    Odeur suave des fleurs de magnolia.

     

    Open Space

     Le genre d'endroit à éclaicir. Open space en devenir.

     

    Open Space

    Là, le fouillis va rester par contre. Au vu des difficultés liées au type de sol, toute installation pérenne sera la bienvenue. Qu'on se le dise ! 

     

    Open Space

    Des verticales sont attendues. Ben, ça pousse bien mais c'est encore jeune. Y'a pas de secret, faut du temps.

     

    Open Space

    J'ai fait un beau dessin tout seul. Presque tout seul en fait. Oui, alors j'ai pris la photo et Photoshop a fait le reste. Presque tout seul absolument.

     

    Open Space

    Les hémérocalles vont s'étoffer et ce sera juste pétard comme il faut.  

     

                               Open Space    Open Space

    Une ronce japonaise prolifique aux jolies tiges rouges. Des fruits au petit goût boisé et acidulé à la fois. Honnêtement, les mûres sont meilleures mais c'est quand même pas mal. Comme toutes les ronces, une fois installée, il faut surveiller parce que c'est vigoureux ( très ). 

     

                                                                     Tu as oublié un truc. Tu n'as pas parlé fautballe !!!                                                                                 ( J'aime me tutoyer, ça crée une proximité. Ça ne vous gêne pas, j'espère ? )

    - Ben non et puis, les fruits ou les fleurs bleu, blanc, rouge, je trouve ça où moi ? 

      - T'as qu'à peindre la pelouse, comme sur les vrais terrains. 

    - Oui, ben, on verra... Faut d'abord que je retrouve mon rouleau.

     

           BON WEEK END A TOUTES ET A TOUS

     

     

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires