• Pressé ...

    Je ne sais pas si vous êtiez comme moi  ces temps-ci mais j'avais bien du mal à contenir mon impatience. Le vert me manquait. Pas celui de l'herbe qui est inamovible ou presque, mais celui des feuilles aux arbres, des tiges aux plantes. Toute cette sorte de chose, quoi. Et puis, j'ai réfléchi ( un peu parce que je n'ai pas pu faire mieux). 

    Alors oui, bien sûr, on peut trouver émouvant ce renouveau de la vie qui point courageusement au dehors, bravant frimas et intempéries qui désolent nos contrées et ruinent nos cultures. C'est là un point de vue hautement respectable.

    Cependant, on ne m'ôtera quand même pas de l'idée qu'il y a, dans cette hâte à paraître, un petit quelque chose de téméraire et disons-le tout net de totalement irréfléchi . Je ne comprends pas cette frénésie consistant à se ruer toutes voiles dehors au moindre rayon pré-printanier. C'est la cigale mais à l'envers. La bise une fois revenue, la plantule sera bien eue. Ça rime, non ?

    En effet, à quoi cela sert-il que l'hiver ait inventé le bon bouquin au coin du feu, les promenades emmitouflés sous des tonnes de vêtements, le thé fumant de cinq heures, le ciel bas et les idées grises ? Comment peut-on vouloir tirer un trait sur tout ça pour un caprice de vert ?

      

    Alors, de grâce, plantes pressées du jardin, rongez votre frein et comme on dit outre-Manche: 

     

      (From Wikipédia)   

    Special thanks to Louise and Giulio who offered us the opportunity to discover this quotation.

    Very useful as you can see, especially for a garden's blog! 

     

     

    Je vous livre quand même les photos prises ... avant de réfléchir.

        

     

    En tout cas, si quelque chose prospère généreusement au jardin en ces temps d'eau, c'est bien la mousse.

    Ça meuble bien, ça n'a pas trop vite pourri ( Ça ne sent pas en tout cas ! ) et, de toute façon, ce n'était pas mangeable. Quelques trous pour régaler les bestioles. Ce sont les pastèques (?) pas mûres. De la déco nature. 

     

     

            

    Certains les ornent de boules, de lions ou autres statues. Nous avons préféré le modèle vivant pour coiffer nos poteaux d'entrée. Un employé aux horaires hautement fluctuants mais avouez que ça en jette. Et puis, ne le dites à personne mais c'est loin d'être hors de prix. Alors, tentés ?

           

    J'avais oublié qu'il en existait dans le jardin. Honteux, je suis. Il faut dire que, cachés sous les Photinia, ça manque un peu de visibilité. Le charme de la découverte ( à quatre pattes, quand même ! ). Une légère taille en transparence à la saison adéquate et le sacrilège sera réparé. D'ici là, baliser l'emplacement.

                          

     

     

      

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Février 2015 à 22:32

    Tiens un très joli fond sable, je me suis inscrite pour pouvoir te laisser des commentaires, ton blog le vaut bien! de belles photos et un texte très vivant et drôle, je reviendrai! Bonne soirée! 

    2
    Mardi 3 Février 2015 à 20:25

    Merci de ton passage. Désolé que le fonctionnement de cette boîte ne soit pas plus simple. J'y perds parfois aussi mon latin pour autant qu'il m'en reste encore !

    3
    Mercredi 4 Février 2015 à 20:40

    Tu as raison, il faut profiter de chaque saison, même de l'hiver! 
    J'adore la déco de tes poteaux! Très original!

    4
    Jeudi 5 Février 2015 à 20:38

    Je n'ai malheureusement pas l'adresse de cet artisan qui donne vraiment de sa personne pour nous offrir une entrée de toute beauté.

    5
    Jeudi 5 Février 2015 à 20:58

    Bonsoir,

    C'est grâce à Sylvaine du blog 'le vieux clos" que j'ai découvert votre blog. J'aime beaucoup vos photos , surtout qu'avec un APN je suis nulle, lol..

    Et puis je découvre un endroit à l'opposé du mien : il y a d l'eau ô merveille.

    Je reviendrai et je vous mets sur ma liste de blogs.

    Bonne soirée et à bientôt

    Sabina

    6
    Samedi 7 Février 2015 à 10:54

    J'ai aussi fait une visite au vôtre. J'ai l'impression d'avoir bien peu de mérite à faire pousser les plantes de notre jardin au vu de tous  les avantages ( terre, eau,... ) dont nous disposons par rapport à vous. Pour les photos, un seul conseil, osez les changements de point de vue. Un objectif 50mm permet de prendre une photo de ce que vous voyez en réalité et pour cela, on prend la photo à hauteur de poitrine, pas avec l’œil dans le viseur. 

    7
    Samedi 7 Février 2015 à 23:18

    Merci pour la visite. Il est vrai que notre arrière pays méditerranéen est particulièrement aride et difficile, mais je l'aime quand même.

    Merci beaucoup aussi pour les indications techniques. Mais il va falloir que je continue de me contenter d'un APN de l’Ère glaciaire encore un petit moment et donc pas d'objectif 50mm...

    Par contre je retiens l'idée de prendre à hauteur de poitrine, on va voir si mes clic-clac ne seront pas un peu moins catastrophiques.

    Bonne soirée et joyeux dimanche

    Sabina

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :